27/07/2004

Peine de principe

Il semblerait que la diffamation soit un crime véniel : la jeune femme qui a commis ce bien pieux mensonge en prétendant avoir été agressée dans le RER se voit condamner à une peine de principe. Sans doute est-ce aussi selon le principe de la rapidité que les politiques et les médias français, sur la foi d'une dépêche de l'AFP, se sont laissé aller à des affirmations peu mesurées. Sans doute est-ce au nom de ses principes qu'Ariel Sharon a lancé un appel aux Juifs de France pour qu'ils s'expatrient : il doit juger que des injures, mêmes biens réelles, sont plus dangereuses que des attentats. Et puis, il y a cette manière de concevoir certains groupes sur la base de leur religion ou de leur couleur de peau : cette attitude n'a malheureusement jamais été réservée à l' extrême-droite et à ses sbires. Il ya quelques années, un véritable attentat eut lieu Rue des Rosiers: Monsieur Barre déplora alors que l'attentat qui visait une synagogue ait même atteint des Français (innocents ?). Quelques années plus tard, l'actuel président de la République a plaint ceux qui devaient vivre dans la promiscuité de "bruits et d'odeurs" qui ne devaient être ni des accords de bourrées, ni des effluves de camembert, je suppose. On vit même, en Belgique, un bourgmestre socialiste d'Anvers préconiser le ghetto pour les populations nord-africaines. Est-ce du pur poujadisme ou s'agit-il d'une de ces représentations qui nous colle tant à la peau que l'illusion vient transformer la réalité que nous vivons ? Nous transformons ainsi nos petites aventures en conflits ethniques, comme si un agresseur n'était pas seulement un pitoyable abruti ou une lamentable crapule. Et nos médias de s'engouffrer dans le goulet de nos petites peurs minables au détriment de la recherche de la vérité. Alors, Marie Léoni est-elle la seule mythomane de cette histoire ?

03:11 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.