07/09/2004

Colérique

C'était un étonnant personnage. Souvent, dans la rue, on l'entendait pester, jurer, pousser une gueulante. Il s'en prenait au monde entier, à toutes les races, à toutes les classes : il haïssait les abominations et les dégueulasseries, de quelque bord qu'elles viennent. Il foutait des taloches aux gosses ou aux chiens de passage, cognait ses planches comme un sourd et chantait comme un damné des couplets à faire rougir un légionnaire quand les hirondelles ou les corbeaux venaient à passer avec mille précautions. Quand le coup d'état eut lieu, il gueula encore un peu plus puis s'installa dans une mauvaise humeur permanente que son épouse, la douceur même, s'essayait à contenir dans les limites du raisonnable. Mais sa fureur se réveilla, avec une brutalité inédite, lorsqu'une colonne de blindés voulut passer dans sa rue. Il sortit comme un enragé de son atelier et, là, il piqua une colère mémorable. Les murs des vieux bâtiments en tremblaient et résistaient avec peine, aux vibrations de sa fureur. Le char de tête pila face à ce forcené et, ayant subi les derniers outrages, la colonne fila , chenilles basses, par le carrefour d'où elle était arrivée, poursuivie par les injures apoplectiques et fortement dissonantes de notre voisin. Je dois à la vérité de dire que notre divinité tutélaire courroucée semble avoir protégé notre quartier grâce aux ondes de son fichu caractère puisque ni bombes, ni rafles, ni combats de rues ne vinrent gâcher notre douce existence ponctuée, dès potron minet, par ses démonstrations colériques. Lorsqu'il mourut - d'une colère mal sortie, rentrée en fait, contrairement aux habitudes de cet orfèvre - , le cortège nombreux qui suivait le corbillard eut l'impression de voir celui-ci cahoter et frémir sous l'écho de toutes ces colères, de tous ces gros mots qui avaient soulevé l'enthousiasme des pavés.

01:32 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

insolence La photo est évidemment exquise, le texte aussi évidemment, je pensais à ce Chinois avec ses sacs Delhaize devant le char d'assaut près de la place Tien An Men

Écrit par : Paul | 07/09/2004

Les commentaires sont fermés.