29/09/2004

Miracle ?

Le soir tombait, capiteusement. Ils parcouraient les allées menant à la place avec une certaine méfiance. Leurs yeux notaient le moindre détail, scrutaient les façades aux fenêtres éclairées, jaugeaient les corolles de feuilles qui formaient une voûte au dessus des trottoirs déserts. A peine voyait-on l'ombre de ces trois étranges personnages se dessiner furtivement sur un pan de mur soudain dégagé. Leur apparence n'attirait d'ailleurs pas l'attention : ils semblaient banals des voyageurs qui auraient déposé leur valise ou des célibataires en goguette, allez savoir. On ne voyait - se serait-on seulement hasardé à regarder - que trois hommes d'âge moyen et de taille moyenne, portant des imperméables classiques et des chapeaux sombres, qui regardaient la place. Au centre de celle-ci se trouvait une petite gloriette écrasée par les arbres. Traditionnellement, à l'époque de Noël, on y plaçait la crèche. Les personnages en étaient si vieux que l'on ne se souciait même plus de les réparer. La Vierge à l'oeil déteint et un Joseph au bras craquelé entouraient maladroitement un berceau flétri où un Jésus tout fripé affichait une moue presque réprobatrice. Les trois hommes s'approchèrent de la crèche misérable.

                Le lendemain matin, lorsque les ouvriers vinrent la démonter, ils n'y parvinrent pas. Les trois personnages étaient horribles à hurler. Le Jésus était albinos et congestionné, le Joseph un colosse entièrement nu et couvert de poil roux, doté d'une tête de gorille peu aimable ; quant à la Vierge, elle était affublée d'un sexe démesuré, de deux énormes testicules et d'une barbe naissante. Le pire fut, pour ces pauvres employés communaux, le moment où ils s'approchèrent du triple prodige, lequel prit sa triple paire de jambes à son cou en poussant un triple éclat de rire moqueur.



22:58 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.