09/10/2004

L'aventurier

Parti d'aventure en aventure, il se sentait le besoin de se reposer. Il se rendit dans cette clinique dont une de ses rencontres de hasard lui avait laissé l'adresse. Le jardin frais et agréable, le seuil clair, les infirmières jolies et aimables suscitaient sa méfiance. Le médecin le rassura par son côté bourru et professionnel, ses balafres et son bandeau sur l'oeil droit. Il signa le contrat et prit rendez-vous pour le mois suivant. A la date fixée, ses diverses affaires expédiées, il subit les préparatifs de son sommeil cryogénique.

                On le réveilla comme convenu, trois siècles plus tard, de son long sommeil comateux. La clinique était identique, le jardin gardait sa fraîcheur printanière, la ville était calme. Il apprit la disparition des guerres, du crime organisé ou individuel, des épidémies et des nations. On lui dit que la pauvreté, la contestation et les bouges avaient aussi été éradiqués : ce monde semblait parfait à en crever d'ennui.

20:48 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Réveil Tu oublies de dire la fin:
"Le seul problème était qu'il était devenu une abeille grâce à un upgrade de la machine qui avait eu lieu sans son consentement. Il ne vivrait désormais plus que pour les autres et jamais plus pour lui".

Écrit par : Armand | 10/10/2004

Les commentaires sont fermés.