12/10/2004

Femme fatale

Elle s'était avancé vers lui, en titubant comme une porcelaine fragile et légère. Elle s'était arrêtée devant lui et, de son voile rauque, lui avait demandé du feu. Tandis qu'il lui allumait sa cigarette, elle le regardait en coin, les yeux embrumés d'une cascade de cheveux bruns dont certains se coulaient dans le profond décolleté de sa robe. Dans un demi-sourire, puisqu'elle semblait toute en demi-teinte, elle le remercia avant de s'éloigner. Il se brûla vilainement les doigts avec son allumette avant de réaliser à quel point son fantasme avait été proche de se réaliser. Longtemps, il se rappela ses longues jambes fuselées qui tanguaient, ses yeux de porcelaine qui le regardaient par en-dessous avec un air de connivence. Il ne la revit jamais et lorsqu'il apprit par hasard comment elle était morte dans un accident de voiture, il but beaucoup, en proie à ses horizons chimériques.

22:40 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

.. Hola, histoire ténébreuse d'une nuit sans étoile, effleurée d'un rêve de l'insaisissable...
bonjour Ubu

Écrit par : Ixième | 13/10/2004

... Salut ubu, bonne journée...

Écrit par : serge | 13/10/2004

Liens J'ai refait ma page de liens... Tu y es toujours à la même place, je crois !
Bonne journée.

Écrit par : Armand | 13/10/2004

Raaaaaaaaaaahhhhhhhhhh... J'ai toujours rêvé qu'on parle de moi comme ça... (comment "ça risque pas ? Laissez-nous rêveeeeeeeeeer !!!)

Écrit par : La Fée Carambole | 13/10/2004

Bonjour à tous... Ne nous énervons pas, chère fée.

Écrit par : Ubu | 13/10/2004

Les commentaires sont fermés.