14/10/2004

Laideur

Laid, il était laid à se faire peur. Son visage déformé et congestionné effrayait jusqu'au passant le plus téméraire. Ce Caliban de marbre veillait pourtant sur les attardés de la petite place, les prostituées, les suicidaires, les camés qui, le remarquant à peine, en tiraient une intime satisfaction. Tant de laideur ne pouvait que les rasséréner.

10:14 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.