20/10/2004

La rue

Il devait être huit heures. Il devait être huit heures et il se sentait plonger dans son cauchemar quotidien. Les traits rougeâtres de la rue devenaient flous, Les maisons étalaient leurs taches d'ombre sur la rue souillée. Il voyait par endroits cette horrible verdure envahir le pavé, comme roussie par le soleil lourd. Les maisons se muaient en arbres tropicaux où reposaient des oiseaux criards. Et l'on entendait, de plus en plus proches, quelques rugissements de fauves. On ne retrouva le lendemain matin que la charpie sanglante de ses vêtements.

23:30 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.