21/10/2004

Illusion du rêve

La salle semblait déserte. Les miroirs qui recouvraient les murs se renvoyaient , en le multipliant, son reflet tacheté de diverses poussières. Les images s'avancèrent et parcoururent la salle du même pas. Ils redressèrent une chaise sale sur laquelle ils s'assirent. Ils regardèrent les vieilles tentures défraîchies, les miettes qui achevaient de pourrir sur les tables nappées d'auréoles, les banderoles qui pendaient lamentablement, les traces de pas d'une jeunesse qui avait dû être insouciante. Ils saisirent alors leur arme et, calmement, ils se tuèrent, l'un après l'autre. Le dernier, peut-être l'original, rangea son arme et quitta la salle sans un regard. Le sol crissait lorsque ses semelles écrasaient un morceau de verre.


20:06 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

... Le mythe du miroir me fascine. Tu l'as illustré aujourd'hui d'un bien bel écrit. Magie des mots. J'ai vu une "armée" d'ombres, peut-être le souvenir de chaque élève assis sur ces chaises, un jour, et puis, ils se sont tués et j'ai compris alors que le maître "rêvait" avant de disparaître à son tour, ne laissant pour seule trace de son passage, qu'un peu de verre brisé sur le sol...

Écrit par : Ixième | 22/10/2004

C'est comme un miroir aux alouettes qui se brise, emportant ses rêveries au loin. Merci de ton passage poétique.

Écrit par : Ubu | 23/10/2004

Les commentaires sont fermés.