25/10/2004

Imagination ?

Ça aurait pu être une histoire, l'histoire de sa vie. Peu importe où il était né ou quand il s'était laissé glisser dans les rets de l'âge, comme si sa vie en avait dépendu, comme si ses souvenirs devaient être morts avant d'être nés, comme si ses plaisirs étaient dissolus avant d'avoir existé.  Une vie trop banale pour avoir été vécue, pour être racontée, pour ne pas prendre fin sans cesse...

                Et si, de chevaliers de l'orage en tempêtes fébriles, son imagination n'avait cessé de l'inventer ? Si les mots dits à voix basse n'étaient autre que la réalité, si toute autre chose n'était que duperie ? Peut-être eût-il été ainsi le conquérant de ses rêves où les guerres ne tuaient que les images de simulacres, où les sosies se délectaient de leurs nodosités, où demain n'eût été qu'ailleurs.

                C'est ainsi qu'il s'éteignit, dans cet éveil à l'inconscience. Sans vérité ni certitude, pas même celles de ses rêves, il vouait à l'échec son inexistence. Il se perdit dans le sanglot subtil d'une larme absente.


21:57 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Partir, entre rêve et réalité... Oh ! s'en aller sans violence,
S'évanouir sans qu'on y pense
D'une suprême défaillance...
A. Samain (Au jardin de l'infante)

Écrit par : Armand | 25/10/2004

Et céder notre réalité... Au prix d'un impossible rêve
Emporté en volutes
Vers une mort certaine...

Mes hommages à ta mémoire, cher Armand.

Écrit par : Ubu | 25/10/2004

Les commentaires sont fermés.