01/11/2004

That's my Bush

De toute sa détermination, il appuya sur le bouton, les yeux luisant de la toute-puissance de la Nation. C'est alors que le monde s'arrêta, lorsque l'infirmière saisit le bras du Président pour le faire sortir de l'ascenseur où il s'était une fois de plus réfugié.

15:33 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Heureusement... Cher Ubu,
Heureusement que pour le fameux bouton rouge, le président des USA ne peut pas en décider seul: il y a deux clefs qui doivent agir simultanément... C'est du moins ce que j'ai toujours entendu dire mais je n'ai pas pu vérifier (ou essayer)!
Par contre, dans les dictatures, c'est le grand chef (comme du temps de la féodalité) qui décide seul de la vie et de la mort de ses sujets et des sujets des pays (ou tribus pour les petits dictateurs) voisins... s'ils se laissent faire!
Amicalement.

Écrit par : Armand | 01/11/2004

Cher Armand En fait, ce n'est pas un bouton mais un code, à ma connaissance : c'était en tout cas la situation française. Et c'est aussi un enjeu de l'élection...Brrr ! Inquiétant, non ? Quant aux dictateurs, gloups !
Onomatopéiquement tienne. ;)

Écrit par : Ubu | 01/11/2004

... J'espère que l'autre code n'est pas connu du seul Dock Cheney...

Écrit par : Serge | 01/11/2004

Faut voir Avais-tu vu l'épisode de la série "That's my bush !" où Cheney remplaçait Bush : cela donnait "That's my Dick !". Historique ! Celui-là, il nous ferait presque aimer G. W. A bientôt.

Écrit par : Ubu | 01/11/2004

Les commentaires sont fermés.