02/11/2004

Les justiciers

Elle promenait sa poitrine arrogante sous leurs regards avinés. Ses deux seins pigeonnants attiraient les caresses de leurs yeux qui remontaient bientôt vers son sourire franc et juvénile. C'étaient les trois piliers du bistrot, trois braves retraités bien veufs, et elle, elle était la charmante petite serveuse qui ne leur rappelait en rien les matronesques féminités approximatives qu'ils avaient subies de trop longues années. Un jour, ils ne la virent pas. Le patron leur apprit qu'elle avait été passée à tabac et violée par un loubard du quartier. Quelques jours plus tard, dans la ruelle qui jouxte le commissariat, on retrouva, nu et ligoté, le charmant loubard. Nu, ligoté et un énorme concombre entre ses fesses recouvertes de plumes collées une à une, comme sur son crâne totalement rasé, sa poitrine et son sexe. Il avoua son agression mais se refusa à révéler qui l'avait mis dans ce drôle d'état. Incarcéré, il subit de nombreux outrages avant que l'on parvienne à lui ôter son duvet : sa peau en conserva une rougeur malsaine et son caractère en fut notablement adouci. Lorsque la serveuse revint, les trois vieillards, plus prévenants que jamais, portaient encore quelques plumes sur leurs manteaux fatigués et lui souriaient tendrement de tous leurs vieux chicots.

23:41 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Lynch et "autodéfense d'autrui". Cher Ubu,
Qui n'a jamais eu envie de faire justice pour des faits où il n'est pas concerné directement?
Vois les candidats au "lynchage" de bandits rattrapés par la foule avant l'arrivée de la police...
La civilisation n'est qu'un fin vêtement qui recouvre des hommes des cavernes! L'évolution n'agit que peu sur les gènes en quelques milliers d'années...

Écrit par : Armand | 03/11/2004

Cher Armand, Ici, c'est sans doute mon machisme qui s'exprime : je n'aime pas les mecs qui harcèlent, attouchent ou violent sous prétexte que leur victime est consentante. Moi, quand on me dit non, c'est non ! Ce qui n'empêche pas les doux mots... Je n'aime pas le lynchage mais la légitime démence, pourquoi pas ? ;) A bientôt.

Écrit par : Ubu | 03/11/2004

Les commentaires sont fermés.