07/11/2004

Gardez le sourire : on ne sait jamais !

Il souriait. Il souriait parce qu’il se sentait incapable de ne voir que la noirceur des villes tentaculaires, parce que son bonheur échappait à toute mesure, parce que le sourire lui venait spontanément aux lèvres. Neuf fois sur dix, ceux qui le croisaient ne remarquaient rien. Neuf fois sur dix, ceux qui avaient remarqué cherchaient la pièce mal ajustée de leurs habits ou lui rendaient un regard tantôt attristé tantôt agressif. Ils ne pouvaient concevoir, derrière ce sourire plein, qu’une moquerie agaçante ou qu’une inadaptation chronique. Parfois, pourtant, quelqu’un regardait et concluait par un demi-sourire, comme si un rien de plaisir avait été échangé, comme si les corps pressés dans le métro ne constituaient pas autant d’obstacles, comme si un rayon de soleil avait percé leurs prunelles délavées. Et le sourire, lancé au hasard des regards avides de petits bonheurs, poursuivit sa contagion sans craindre les occasions manquées, étirant les lèvres les plus grincheuses, plissant des yeux tôt voilés.

 Des ricanements condescendants connurent enfin la souplesse, des grimaces s’estompèrent, des exhortations vigoureuses cédèrent à la connivence. L’on vit, spectacle improbable, des transports en commun qui portaient bien, enfin, leurs noms : les bus en valsaient presque dans le décor. Les voyageurs quotidiens, grincheux du matin et épuisés du soir, échangèrent en douceur des impressions, plus des aigreurs ou des ragots. Sur les trottoirs, les gens se heurtaient toujours mais s’excusaient enfin, sachant qu’ils n’affronteraient plus de lippe râleuse. Les klaxons s’étaient presque éteints : on ne vit plus d’automobilistes accrochés à leurs volants comme à des hochets dérisoires. On se souriait en marollien, en picard, en gantois, en allemand, en wallon, en marocain, en chinois, en arabe classique, en hébreu,  en indhoustani, en finnois, en turc : le tout en un tumulte joyeux. Et dans les têtes chavirées, des bêtises se bousculaient, des blagues fusaient, des jeux de mots absurdes s’enchevêtraient.

          Internationalement, on s’inquiéta : si cette maladie gagnait l’étranger, c'en était fini des discours politiques, des idéologies, des manigances de chancellerie. Comment voulez-vous rester diplomate face à quelqu’un qui vous sourit ? Comment voulez-vous affirmer votre pouvoir face au plissement indulgent de paupières bienveillantes ? On en débattit aux Nations unies : quelques représentants de petits pays sourirent, incrédules. Le processus devint irréversible.



22:27 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

Commentaires

Contagion Cher Ubu,
Te souviens-tu: dans un de mes posts, j'avais publié la photo d'un ouvrier sur une énorme machine en train de goudronner une route.
La photo agrandie, j'avais constaté que le Monsieur me souriait, malgré son travail ingrat dans la puanteur, la crasse, le mauvais temps...
Je lui offris un exemplaire le lendemain pour qu'il puisse la montrer à sa famille car sa bonne humeur avait illuminé ma journée et je voulais partager ce bonheur...
Amicalement

Écrit par : Armand | 07/11/2004

Attention, Armand, Tu as lancé une campagne subversive à l'échelon international ;)))
Amitiés.

Écrit par : Ubu | 07/11/2004

ooooooooooooooohhhhhhhhhhhhhhhhhh comme c'est doux.........................

Écrit par : fun. | 07/11/2004

Chère Fun, Diantre ; ) quel sourire !

Écrit par : Ubu | 07/11/2004

'TENTION tu dérailles
tu anticipes
tu sciencefictionises
"ils" vont bien trouver un moyen de nous empêcher de sourire

n'ont-ils pas commencé plus loin à droite sur la carte, on y coupe la tête entière

mais faisons confiance aux scientifiques, pour quelques dollars de plus à la recherche
"ils" trouveront un moyen plus doux, la tête pourra rester en place, peut-être auront-ils laysé le cerveau ?

Écrit par : xian | 08/11/2004

reponse sur mon site tu m' répondu pour de l'aide mais j'ai desoin de savoir d'autre choses aussi stp , je sais pas si c'est possible... si oui tu pourra repasser sur mon site? moi je te parlerais toujours sur ton dernier post merci a+

Écrit par : choris | 08/11/2004

Impression de connu. Ma mère avait enseigné à ses enfants l'art de la politesse sur le mode: il faut toujours saluer les grandes personnes. Nous acquîmes une renommée d'enfants polis et ce, jusqu'à la fin de nos jours, je le soupçonne. Nous habitions la campagne et tout se passait bien. Devenue étudiante, je naviguai dans les artères urbaines en prodiguant à droite et à gauche, mes salutations polies et le sourire, en prime. Les passants sursautaient de surprise, me coulant un regard circonspect à la dérobée, puis à la vue de mon visage éclatant de franchise, ils esquissaient un sourire, certains se hasardaient à me lancer un timide bonjour. Aujourd'hui, je suis citadine à plein temps et je déambule, anonyme, dans les rues de la ville. Quelques fois, il m'arrive de marquer un arrêt, je souris à l'un et à l'autre et la magie s'opère à nouveau, les visages sans nom s'éclairent d'un plaisir à vivre réciproque...
Bonjour Ubu :-)

Écrit par : Ixième | 08/11/2004

J'ai pris le temps de lire:
- le jour éternel,
- le temps égaré,
- le temps rédempteur,
- le temps inexorable,
- le temps professionnel,
- le temps du conte,
et il me restait encore un peu de temps pour accueillir avec le sourire le jour naissant...
Avec plaisir, j'ai lu tes écrits sur le temps.

Écrit par : Ixième | 08/11/2004

:) :)))))))))))))))))))))))))))

Écrit par : serge | 08/11/2004

Comment voulez-vous rester diplomate face à quelqu’un qui vous sourit ironique ? ;~))))

Écrit par : Nola | 08/11/2004

Dans le style de Nola... Cher Ubu,
La bonne humeur, c'est dans l'air du temps, c'est tentant tout le temps, tant c'est agréable pour tant de gens tempérés!
Amitiés

Écrit par : Armand | 08/11/2004

*** :-)))))))))))))) !!!

Écrit par : La Fée Carambole | 08/11/2004

:)) merci Ubu d'injecter une dose de sourire essentielle pour aujourd'hui. Tu recommences demain stp ? :)

Écrit par : mehmet | 08/11/2004

Eh bé, pour quelq'un qui est submergé de copies ;-))) Patichounet, mais quel succès !

Écrit par : Paul | 08/11/2004

Merci à tous de votre passage :))) Cher Henri,
J'ai déjà le cerveau en vadrouille : difficle de saisir les vagabonds, n'y arriveront pas.

Cher Choris,
Aucun problème et bienvenue dans la blogosphère.

Chère Ixième,
Ce doit être un plaisir que de te voir sourire : d'ailleurs, le plaisir de vivre ne lutte-t-il pas efficacement contre l'érosion du temps ?

Cher Serge,
;))))

Cher Nola,
Un rien ironique, oui : les sourires désarment mieux que la diplomatie.

Cher Armand,
Sourire sur clavier tempéré : allegretto ...

Chère Fée Carambole,
;-))))))))

Cher Mehmet,
Je vais essayer : encore mes félicitations pour tes posts.

Cher Paul,
Là, je suis submergé de sourires : elle est pas belle, la vie ? Et bien si en fait.

Écrit par : Ubu | 08/11/2004

Les commentaires sont fermés.