22/11/2004

Imagine Action : l'appel de la chute

Lorsque je crispai mes jambes pour me redresser d’un bond, dans un geste dont l’élégance me ravit mais effraie toujours mes voisins immédiats, surtout lorsqu’ils craignent que ma masse recherche l’hospitalité de leurs genoux arthritiques, je sentis une certaine résistance et je perçus un méchant bruit de tissu qui se déchire. Je me rassis, précipitamment, pour ne pas offrir à un voyeur égaré, ou trop affectueux, une vue plongeante sur mon arrière-garde, bien découverte et bien trop exposée aux courants d’air à présent. Me rasseoir n’était qu’une manière de parler, pas de bouger : je chus sur ma chaise, aux clous agresseurs, et mon fondement reprit contact avec un tel goût de la  vengeance qu’il explosa le fragile support et atterrit dans un néant bien vide ou ce qui était devenu l'ombre d'une chaise avant d’entreprendre une rencontre douloureuse avec le pavement de l’église. Voulant me rattraper en moulinant, mes bras heurtèrent d’autres chaises qui se renversèrent dans un brouhaha confus mais significatif. Moi qui adore les chutes de reins, j'étais amplement servi.
Je ne pensais pas avoir été si discret … (à suivre)

14:32 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

Commentaires

Assis, Bonanga ! Celle-ci me plaît beaucoup, même si l'histoire manque un peu d'assise. Peut-être faudra-t-il demander l'aide de saint François... (François Garcia, pas François sans chaise, évidemment....)

Écrit par : Paul | 22/11/2004

je suis sure qu'elle a du se retourner surprise puis elle a du rire et immédiatement détourner le regard pour ne pas etre vue ;)

Écrit par : imagine | 22/11/2004

Accident spectaculaire! Cher Ubu,
Enfin, du vécu! Nous qui sommes nantis d'une légère surcharge pondérale avons tous eu une fois ou l'autre cette déchirure humiliante dans la vie réelle... et le pantalon!
Je me souviens même d'avoir un jour effectué la réparation salvarice de mon honneur avec un attache trombone...
C'est le plus gênant quand il faut traverser un bureau rempli de jeunes dames: l'autorité en prend un sale coup!

Écrit par : Armand | 22/11/2004

n'empeche c'est rare un mec qui ne se prend pas au sérieux ;)

Écrit par : imagine | 22/11/2004

se retrouver dans la situation du fakir pour une étoffe déchirée, voilà qui ne manque pas de piquants! ;-)

Écrit par : fun. | 22/11/2004

Merci de votre passage Cher Paul,
Wouarf ! Mais ce que tu racontes tient de la "private joke". Nostalgique ? ;)

Chère Imagine,
Plus que deux épisodes (en théorie !), et j'ignore combien de lignes peut prendre un fou-rire ;)

Cher Armand,
Jusqu'à présent, je n'ai pas eu cette blague-là mais un un banc très mal intentionné m'a déjà bien déchiré un pantalon : toute une après-midi à donner cours avec une épingle de sûreté sur la cuisse, moi qui n'ai jamais été punk. Pour le reste, au cas où, je garde mon veston en classe : on ne sait jamais. ;))

A bientôt

Écrit par : Ubu | 22/11/2004

Cher Ubu Je pourrai dire voila ce qui arrive quant on traine trop dans les églises ou est ce une punission du bondieu qui n'existe pas allez savoir
à bientot :)

Écrit par : Alsgard | 22/11/2004

Cher Alsgard, Serais-tu en train de me dire que le Bon Dieu s'occupe de mes fesses : j'ignorais que les fondements de la religion accédaient à de telles hauteurs ;)
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 22/11/2004

lol s'il le fait, c'est qu'elles doivent etre mmmm !!! ;)))

Écrit par : imagine | 22/11/2004

Ohé ! Un petit bonsoir de passage, en toute discrétion...

Écrit par : Maugus | 22/11/2004

Cher Maugus, Merci de ton passage. Ton blog reprend bien. A bientôt.

Écrit par : Ubu | 23/11/2004

Chère Imagine, Pas d'illusions : les goûts de Dieu étant ce qu'ils sont... ;)

Écrit par : Ubu | 23/11/2004

Les commentaires sont fermés.