28/11/2004

Magie au noir

 
Par-delà ces espaces colorés
où les sentiments se dessinent

où les peurs s'estompent

 

Les décors s'écrasent

accablés de leur réalité

effarés de leur nudité

 

C'est l'heure des êtres de papier

des perfections passagères

des peaux à peine osées

 

Le souffle se prépare

Le temps est dans les cintres

Les regards s'égarent

 

La folie des erreurs s'installe

fautes inavouées

peurs éperdues

 

Des soupirs s'émeuvent

foulés de mots

combles de bonheurs ébauchés

 

La lumière est revenue

La salle se vide

La scène regagne le néant

22:39 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

vous etes tous d'une tristesse aujourd'hui à pleurer

bonne soirée ubu :)

Écrit par : imagine | 28/11/2004

Et encore, Je suis capable de pire ;)
Bah, c'est un état passager, ça permettra d'apprécier la vie un peu plus demain. Bonne soirée, chère Imagine.

Écrit par : Ubu | 28/11/2004

oui mais si tout le monde s'y met en meme temps qui va relever l'autre hein ? ;))

Écrit par : imagine | 29/11/2004

Grand jeu Si vous croyez que c'est Bigard qui va relever l'autre, tapez 1.
Si vous croyez que c'est Lagaf qui va relever l'autre, tapez 2.
Si vous croyez que c'est Dieudonné qui va relever l'autre, tapez 3.

Écrit par : Paul | 29/11/2004

La scène retourne au néant ... et tournons la page.
Une belle plume poétique, Ubu.

Écrit par : Nortine | 29/11/2004

Merci de votre passage Chère Imagine,
Apparemment, Paul a relevé le défi. ;)

Cher Paul,
Si je tape 0, j'obtiens enfin un véritable humoriste ? ;)

Chère Nortine,
Merci du compliment : de ta part, c'est très flatteur. ;)

A bientôt

Écrit par : Ubu | 29/11/2004

Les commentaires sont fermés.