17/12/2004

La vendeuse

Le sourire se coince : la fatigue épuise les zygomatiques, les étire. Il faut se concentrer : le client attend d’être servi, il paie son respect et exige la politesse, des prosternations. Il faut être gaie jusqu’à l’épuisement : et mon sourire, je vous l’emballe aussi ? Il faut, il faudrait, j’aurais voulu : la paire de ciseaux attaque le papier avec plus de violence, comme s’ils voulaient se lancer dans une parabole bien sèche et se loger dans l’indéfrisable de la cliente qui offre des chaussettes, un porte-serviettes et un raton laveur déshydraté. Les nœuds du ruban se font rageurs. Les parfums lourds de la pluie et les musiques de fêtes, entêtantes, lui poissent le crâne : elle a envie de fuir où on ne sent rien, où on n’entend rien, elle voudrait perdre la tête. Musique aussi dans le métro, mêlée aux odeurs d’aisselles : silence de son appartement qui sent le renfermé, l’abandon. En quelques mouvements, elle se déballe et se couvre de ses tenues confortables : un rien de douceur. Elle se regarde : elle n’a plus cette élégance professionnelle qui impressionne le chaland du lèche-vitrine, le client aux ruts inavoués. Ses cheveux retombent au hasard, le démaquillage laisse respirer la peau. Elle se sourit dans le miroir : elle s’aime quand le soir lui appartient.

15:44 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Vendeuse Cher Ubu,
Toi, je suppose que tu as lu l'article de la DH concernant la "formation au sourire" des caissières (http://www.dhnet.be/) rubrique "infos/société"!
J'ai déjà aussi pensé que ce "métier" doit être terrible: garder le sourire et supporter l'odeur de pieds et la conversation de la dame de la benne à ordures qui essaie des centaines de paires de souliers... et n'achète finalement rien!
Amitiés

Écrit par : Armand | 17/12/2004

Cher Armand, Moi, j'aime bien les vendeuses qui sourient vraiment : je suis un indécrottable rêveur ;))) Je vais t'avouer que je ne lis pas la presse du tout, à l'exception du Canard et de Charlie : je savais que de telles formations existaient, simplement. Merci pour la référence.
A bientôt ;)

Écrit par : Ubu | 17/12/2004

j'aime bien la fin ;) :)

Écrit par : imagine | 17/12/2004

je dois etre aussi tres naive lol
apres une journée de Hum et un appartement vide et sentant le renfermé on n'a qu'une idée sortir ;)

Écrit par : imagine encore | 17/12/2004

Chère Imagine, Je ne sais pas si la demoiselle voudrait ressortir : à force d'être appréciée pour ce qu'elle n'est pas, sortir pour quoi faire ? ;) Un écrin ne se referme-t-il pas sur sa perle ? ;))
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 17/12/2004

lol Ubu tu me fais rire

non seulement tu fais semblant de ne pas comprendre certaines allusions et paradoxalement toi aussi en fait ;)

Écrit par : imagine | 18/12/2004

Chère Imagine, Je ne comprends pas : à quoi fais-tu donc allusion ? ;)))
A bientôt

Écrit par : Ubu | 18/12/2004

Vendeuse Ma tante: elle n'était vraiment heureuse que dans son magasin...C'est là qu'elle s'aimait le plus;
Moi, méchante cliente: je rêvais offrir un cadeau parfum et je me réjouissais déjà de l'élégance de la bouteille-écrin, des senteurs délicates, du bel emballage amoureusement enrobant; la vendeuse en avait décidé autrement, elle m'emballa mon cadeau comme un morceau de charbon dans un morceau de journal; horreur! mon visage en devint si expressif que la "chef" prit en ses mains l'amas informe et me fit le plus joli cadeau du monde. :-)

Écrit par : Nortine | 18/12/2004

Chère Nortine, Tu n'as jamais eu affaire à un de mes emballages : selon mes amis, ils sont toujours très particuliers, multicouches et absolument inprésentables ;)) Je suis très maladroit...
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 18/12/2004

Multicouches et imprésentable Je confirme. Ubu n'est pas très emballant.

Écrit par : Paul | 18/12/2004

Les commentaires sont fermés.