22/12/2004

Clowneries 1 : la naissance

Il était né la nuit de Noël, d’une mère femme de chambre et d’un père plongeur. Ses parents, qui travaillaient dans le même hôtel, avaient fricoté une nuit, à la fin de leur service : les deux étoiles clignotantes de l’enseigne illuminèrent sporadiquement leur accouplement bref mais intense  -qui donna bien des idées à plusieurs chats du quartier, lesquels miaulèrent de dépit par la suite en découvrant que même s’ils pouvaient se dresser sur leurs pattes de derrière, l’excitation du moment les amenait inéluctablement à se casser la gueule et que, décidément, les minettes avaient des griffes, qui leur permettaient d’écarter les pauvres matous, jamais à l’abri de l’atterrissage agressif d’une pantoufle, d’une botte ou d’un bahut breton, si les voisins sont particulièrement costauds et bretons, et il y a qui osent parler d’une vie de chien, je vous jure, c’est scandaleux, amis félins : organisons une rave party, un meeting ou un colloque pour la reconnaissance de nos droits ! On nous brime, on nous spolie : je ne serais pas en train de m’égarer un rien, là ? – sur les poubelles débordant d’enthousiasme et de poulet froid (poisson froid, le samedi matin : heureusement, c’était un jeudi !) où les matous s’égaillaient joyeusement, ce qui prouve que le conteur aussi peut parfois retomber sur ses pattes. Les pattes du plongeur, humides encore de liquide vaisselle, plongèrent  dans le tablier de la femme de chambre : comme elles apprécièrent ce qui s’y trouvait, elles développèrent certains sujets que la décence m’interdit de nommer ici et puis, on peut tout de même leur laisser un peu d’intimité. D’ailleurs, à part les étoiles, les chats et moi, personne n’avait rien remarqué.

            De cet instant de plaisir, outre un passage des tenues de travail dans les machines à laver de l’hôtel (les poubelles, ça tache !), naquit donc, neuf mois, quelques échographies et papiers de mutuelle plus tard, un beau bébé. Enfin, beau mais étrange : le médecin accoucheur faillit le lâcher de surprise quand, après nettoyage, le nouveau né s’avéra maquillé de naissance. Problème de pigmentation : telle fut la conclusion du dermatologue appelé en urgence, une fois son fou rire passé. Un cas intéressant : cela il le dit immédiatement après, révélant à la fois qu’il avait des difficultés avec les phrases complètes  - sujet/verbe/complément, c’est pas compliqué tout de même ?- et qu’il pensait aux colloques somptueux où il pourrait organiser des soirées diapos avec ses copains, en n’oubliant pas les commentaires comiques de rigueur : peut-être qu’à l’occasion, il sortirait même un verbe, rien que pour tous les épater.


12:01 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Optimisme à transmettre partout et toujours... Cher Ubu,
Enfin! L'accouchement faut difficile, mais pas de morts, éclopés ou malades agonisants cette fois!
J'apprécie le narrateur qui sut ainsi s'adapter au goût de ses lecteurs qui, dans leur majorité, préfèrent l'amusant au morbide!
"Un mort, c'est pas bien; dix clowns, c'est excellent!" (Armand)
Au nom de tes nombreux lecteurs: MERCI CHER UBU !
Amitiés
P.S. N'en profite pas pour "compenser" avec un second épisode nauséeux!

Écrit par : Armand | 22/12/2004

Naissance Jolie histoire pleine de tendresse et de bonne humeur. A bientôt.

Écrit par : Madeleine | 22/12/2004

*** Je découvre ton blog, j'aime beaucoup tes photos :)

Si tu recherches un endroit pour parler de tes passions ou de tous les sujets qui te tiennent à coeur, une seule adresse

http://merenptah.forumactif.com

Écrit par : Merenptah | 22/12/2004

Merci de votre passage Cher Armand,
Faut que je réfléchisse bien : j'avais imaginé une rencontre avec une tronçonneuse ! Je peux vraiment pas ? Bon, tant pis ;)

Chère Madeleine,
Je crains que ça ne se corse : on verra bien ;)

Cher Merenptah,
Merci pour le spam ;)

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 22/12/2004

Je sais pas pourquoi Mais j'ai comme l'impression que la suite va être gore
Salut à toi ô mon frère!

Écrit par : Fab | 22/12/2004

je te découvre... et ton style est loin de me déplaire...

Écrit par : Christ | 22/12/2004

hum... en te lisant j'ai pensé à "ça" ;)) de stephen king :)

fricoter : c'est mignon ;)

Écrit par : imagine | 22/12/2004

Merci de votre passage Cher Fab,
Meûnon : c'est Noël bientôt. ;) Enfin, je vais voir : je ne sais pas encore même si j'ai une petite idée.

Chère Christ,
Je réciproque : ton enthousiasme débordant fait plaisir à lire ;))))

Chère Imagine,
Ah non, pas Stephen King. Grmf ! ;) Quoique parfois... Je l'ai au moins apprécié une fois. Après avoir été renversé par un chauffard, comme il s'en était sorti indemne, il avait renoncé à le poursuivre en justice puis il s'était ravisé en constatant une séquelle cérébrale grave : il avait pleuré en regardant Titanic. :))) Moi, je n'ai pas pleuré : je ne l'ai même pas vu (mais qu'est-ce qu'on a pu m'en causer, cornegidouille !) et j'aurais voulu que le bateau explose dès le début et que Céline Dion ne chante pas (si seulement elle avait pu couler , même avec un pédalo !) :))))

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 23/12/2004

Les commentaires sont fermés.