27/01/2005

Auschwitz

Pourquoi commémorer ? Parce que les survivants meurent petit à petit tandis que de nouveaux bourreaux se manifestent. Parce que les mots génocide, ségrégation, extermination ne sont toujours pas des mots historiques mais des pratiques actuelles. Parce qu'on ne s'amuse pas avec les morts. Parce que les bourreaux ne méritent aucun pardon.

05:47 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (29) |  Facebook |

Commentaires

Parce que de façon plus restreinte cela continue : Rwanda, Irak, Tchétchénie....... Mais on se voile la face

Écrit par : nat | 27/01/2005

PARCE QUE les témoins bientôt ne seront plus... et que le loup rôde encore aux portes de nos villes

Écrit par : Nortine | 27/01/2005

Racine et Corneille - idéal et réalisme Cher Ubu,
Je crois que tu as déjà remarqué que si nous avions à peu près les mêmes idées à faire valoir, nous différions sur la façon de les mettre en avant...
Ici aussi, je crois, puisque la capacité d'émotion des gens est limitée (hélàs), on devrait parler moins d'Auschwitz (mais en parler quand même afin que nul n'oublie) et consacrer l'énergie disponible à stigmatiser les génocides et tueries de masse actuels (Darfour, Rwanda...) ou dont des bourreaux sont encore vivants (Aussares, Pinochet...) et donc "punissables".
La résistance à la manifestation "au soleil" de la vérité est plus grande pour l'actualité car si les salauds vont en enfer, ils traînent des pieds...
Je ne suis pas un idéaliste mais recherche le maximum d'efficacité dans la propagation des quelques idées que j'ai... N'expliques-tu pas à tes élèves la différence entre Racine et Corneille?
Amitiés

Écrit par : Armand | 27/01/2005

Merci de votre passage Chère Nat,
D'accord avec toi, sauf pour l'Irak : je ne pense pas que le but poursuivi par Bush et ses chers amis, qui n'ont vraiment pas ma sympathie, soit l'élimination systématique d'une partie de la population. Les exactions de guerre sont révoltantes mais, autant que je me souvienne, c'est Sadam Hussein qui désirait exterminer les Kurdes. N'inversons pas, dans ce cas précis. Par contre, pour le Rwanda et la Tchétchénie, tu as parfaitement raison, comme pour la Yougoslavie il n'y a pas si longtemps.

Chère Nortine,
Ne parlons pas de loup : pauvre animal, de quoi l'affuble-t-on ? En fait, ce qui m'exaspère parfois, c'est cette oubli de notre histoire et de l'actualité. Certains vont encore dire qu'on en fait trop : sûrement parce qu'on ne s'occupe pas assez de nos nazillons présents. Les "points de détail" de l'histoire et autres déclarations nauséeuses sont insuffisamment punis. Personnellement, j'ai eu l'occasion de visiter Terezin avec des élèves il y a quelques années : même dans ce camp qui se voulait visible et qui était utilisé par la propagande, on sent l'horreur, surtout lorsqu'on peut voir les dessins des enfants du ghetto de Prague, qui ont été exterminés...

Cher Armand,
Je pense que l'on peut et doit en faire un point de référence : c'est d'ailleurs pour cela que mes élèves participent depuis quelques années à la dissertation de la Fondation Auschwitz, dont le sujet est plus général. Ne pas oublier pour ne pas revivre... Quant à punir les bourreaux actuels, tu as raison : il faudrait insister sur le TPI, en assurer la mission et oublier les prétextes diplomatiques ou de "réconciliation nationale", les intérêts publics ou privés... L'histoire bégaie aussi et, malheureusement, seuls les conflits "médiatisés" nous sont apparents : à moi y compris...
C'est vrai, je suis idéaliste ;) mais c'est parfois ma seule manière de tenir quand un élève m'explique que sa famille a été massacrée ou qu'il est effrayé à l'idée de repartir au pays parce qu'il croiserait les gens qui l'ont chassé ou maltraité : j'ai des Kosovars, des Bosniaques ou des Africains qui ont vécu ces situations...
Quant à Racine et Corneille, je n'aime pas trop le second : j'aurais envie de casser la g... à Horace et au Cid ;) Et le premier nous rappelle aussi que le bourreau fascine plus que sa victime (Néron, par exemple) : trop esthétique pour les minables qui torturent.

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 27/01/2005

... C'est justement en parlant plus et mieux d'Auschwitz et surtout en tirant les leçons de la deuxième guerre mondiale qu'on pourrait mieux éviter et prévenir de nouveaux génocides.

On ne parlera jamais assez d'Auschwitz.

Écrit par : HL | 27/01/2005

Cher HL, C'est peut-être ainsi en effet que l'on évite l'histoire morte. Et les appropriations idéologiques des morts : Le Pen, Golnisch et les autres révisionnistes et négationnistes de tous poils nous montrent à quel point l'histoire peut être manipulée sans scrupules. Et sans le minimum de décence dû aux morts...
Merci de ton passage.
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 27/01/2005

Je constate avec regret que toutes ces commémorations, année après année, ne servent pas à grand chose, si effectivement le but en est que ces horreurs ne se reproduisent plus. Et si on veut vraiment que tous ces morts, de par le monde, tous peuples et toutes communautés confondues, ne soient jamais oubliés, il y aurait bien d'autres désastres à commémorer. Je pense que Nat cite l'Irak à juste titre, puisque je considère Bush comme un "envahisseur" et envahir (ou s'approprier des territoires) était bien un des buts de Hitler.
Bonjour à Ubu, tout de même, je suis de loin vos échanges, mais je n'avais pas voulu jusque là m'exprimer. ^o^

Écrit par : SoSo | 27/01/2005

Cher Soso, Le constat actuel n'est pas très engageant, c'est vrai : la mémoire courte, le patriotisme revanchard, le nationalisme exacerbé, les idéologies mortifères nuisent toujours. Mais je persiste à penser qu'il y a une marge entre une guerre, fût-elle contestable, et une volonté systématique d'extermination raciale ou ethnique, ce que l'on commémore à juste titre. Que les Usa aient refusé de reconnaître le TPI est révoltant, tout comme les tortures de Guantanamo et dans les prisons d'Irak : cela ne fait pas d'eux des purificateurs ethniques pour autant. Je maintiens donc ma réponse initiale à Nat et j'ajoute que la notion de droit international est née aussitôt après : imparfaite et souvent inefficace, sûrement, mais assurément indispensable. Il me semble que cela aussi en fait une référence incontestable.
Merci de ton passage.

Écrit par : Ubu | 27/01/2005

bonsoir, Ubu Hitler avait beaucoup de complices...même dans la rue, en dehors du monde militaire et politique.

Souvenons-nous de ce qui s'est passé en ex-yougoslavie...tout près d'ici et il n'y a pas longtemps...entre frères!!!

L'homme est capable à tout!

Écrit par : Tony | 27/01/2005

parce que l'être humain est un petit garçon (une petite fille) qui n'apprend décidemment pas...

Écrit par : fun | 27/01/2005

opinion et coup d'oeil.... et bonjour matinal...
mes opinions, chacun les connaît au travers de mots personnels ou de lecture d'un mot que j'ai laissé ici et là en tant d'années...

alors vite un mot encore : RELIRE ATTENTIVEMENT L'ENSEIGNE

et y PENSER

souvent
longtemps


et puis se demander
quelle est la finalité de l'homme...?


Mais alors, on explose ?


Bonne journée Alfred et à tous les Zig .....

Écrit par : xian | 28/01/2005

*** Pas mieux.

Écrit par : La Fée Carambole | 28/01/2005

Bonsoir à tous ;) Juste un bref passage
Cher Tony,
Les foules qui lynchent sont parfois les mêmes qui se mobilisent : c'est dans ces cas-là que j'aime les contradictions de l'individu, quand il apprend à se remettre en cause et à ne pas se leurrer sur ses préjugés, ses idées... J'avoue que je n'arrive plus à hurler avec les loups : maintenant, je sais que j'aurais honte...

Chère Fun,
Le problème est qu'il n'assume pas sa propre violence et ses lâchetés : au contraire, en bourreau, il s'admire enfin. Et c'est la victime qui a honte...

Cher Xian,
Une finalité de l'homme : vivre au jour le jour ? Sûrement pas celle-là, que l'on nous rbâche encore. Je me souviens d'une directrice d'école technique qui, en toute innocence, voulait terminer un discours par ce slogan. Un de ses profs lui a rappelé d'où provenait la phrase : la directrice en a rougi. Elle était historienne de formation...

Chère Fée,
Le temps passe, la mémoire reste...

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 28/01/2005

Bonjour Je viens de chez Mateusz, découvre et apprécie.
A très bientôt !

Écrit par : Annie | 28/01/2005

toutes les vérités.. mon cher Ubu, je ne voulais pas entrer dans le débat. je n'y entrerais donc pas, juste une remarque è propos de de l'AMERICA !
peu m'importe ce qui a été dit là dans ce post je te le dis à toi.. si t'es pas aveugle t'es borgne.. ils ont brulés les plaine de l'america... femmes enfants et vieillards y passèrent.. les konkistadors c'est un plus loin.. d'autres encore.. un peu plus loin.. tellement loin que dans l'histoire de l'humanité tous ces holocostes..ces massacres.. ces génocides nous sont contés par hollywwod ;-)
j'épiloguerai pas.. dit que je suis fou si tu veux.. je le suis, c'est certain, mais ce que je sais.. et j'en suis tout à fait sure.. c'est que de mentir aux enfants ce n'est pas beau !
mentez vous.. tirez le voile.. fermez les yeux, bouchez vous les oreilles, continuez de causer , n'oubliez pas corneille et racine.. sartre et l'autre camus.. prenez un peu de ce BHL de temps en temps pour vous rassurer mais ne mentez pas aux gosses..
cordialement

Écrit par : dôm | 28/01/2005

Là, c'est bonne nuit ou bonjour ;) Chère Annie,
Merci de ton passage : je te rends la pareille dès que possible ;)

Cher Dôm,
Pitié : pas BHL, que j'exècre ! Je n'ai pas nié les massacres des Amérindiens (tiens, et en Amérique latine au fait, qu'en dit-on ?) , que je sache, et Hollywood a aussi produit des films contestataires à ce propos : "Soldier Blue", "Little big man", "La flèche brisée" et même John Ford, mais là, je ne me rappelle plus le titre... Sincèrement, je ne vois pas en quoi cela remet en cause la référence incontestable d'Auschwitz dans l'histoire de l'Europe (sûrement) et de l'humanité (sans doute). Les exemples que tu cites me semblent situés dans un autre contexte : des guerres parfois, des massacres de milices privées souvent (on pourrait aussi parler du massacre des migrants dans "Les portes du Paradis") et effctivement, des marches de morts. Des analogies, sans doute : une volonté aussi systématique et une conception de la mort industrielle , j'ai comme un doute. Je me demande aussi s'il est très sain de quantifier ou critérier les massacres pour leur accorder une importance : au fond, pour la victime, cela ne change hélas plus rien. Mais pour notre conscience du fonctionnement des bourreaux, nous avons besoin d'analyser sans polémique aucune (laissons-là aux extrémistes et salonnards qui se gargarisent d'idées toutes faites) et de faire comprendre aux "enfants" ce que sont les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité. Ces idées paraissent dérisoires, suite aux insatisfactions réelles qu'elles nous procurent. Elles nous sont pourtant indispensables, au moins pour juger, puisue les actions préventives ne sont pas encore vraiment efficaces et rapides. On ne réécrit pas l'histoire mais on peut en tirer des conclusions actives, non ?

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 29/01/2005

..... Je n'aurai pas tiré meilleure réponse que Ubu concernant les propos de Dôm....

Écrit par : promethee | 29/01/2005

Ubu cher Ubu ;-) je laisse tomber... je ne suis pas daccord et ne le serai jamais.
pi comme disait Simone Weil je sature un PEU .....
je ne rèpond là que pour la forme par politesse puisque tu ponctuais ton intervention d'un ? ;-)
bonne fin de we
__________________
promethee..... phoque.

Écrit par : dôm | 29/01/2005

BHL.. cté juste une sale petite pique ;D

Écrit par : môd | 29/01/2005

.... "promethee..... phoque"

Ooooh que c'est original et porté à très longue maturation comme propos....

Écrit par : promethee | 29/01/2005

C'est vrai, quoi, qu'est-ce que vous avez contre Bruxelles-Hal-Vilvorde, ils ne vous ont rien fait...

Écrit par : Un anonyme | 29/01/2005

c'est vrai, sauvons Bruxelles-Hal-Vilvorde !!

Écrit par : Nathalie Ménigon | 29/01/2005

Merci de votre passage Cher Dôm,
Moi qui espérais que tu répondes par intérêt personnel ;) Pour BHL, j'avais compris. Sur la discussion, rien à redire : des idées défendues honnêtement ne me posent aucun problème et nous restons dans le sujet. Par contre, l'attaque perso me dérange : restons zen !

Cher Prométhée,
Juste une adaptation graphique, coutumière de Dôm : elle me dérange mais restons-en là sous peine de rendre la discussion encore plus dérisoire par rapport à ce qui y est évoqué...

Cher Anonyme,
Ne pas oublier l'accent circonflexe : c'est ce qu'on appelle un mot-valise. Vous êtes hors-sujet : restez ânonyme. ;) Si vous signez un jour, je vous écouterai...

Chère Nathalie Ménigon,
Bof !

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 29/01/2005

Qui veux-tu que ce soit, salaud ?

Écrit par : Nathalie | 29/01/2005

euh pardon...

Écrit par : Nathâlie | 29/01/2005

Chère Nathâlie C'est vrai, tu me l'as rappelé récemment : "tu es très féminin, comme mec". ;)))
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 29/01/2005

Ubu (mea culpa) si je t'ai bousculé je m'en excuse. si je m'adressais à toi personellement c'est que TON avis m'interesse.. et je savais bien que tu allais me rétorquer un truc plus solide !
par politesse je disais, bah.. je me corrige, de guerre lasse aurait été plus juste. vraiment je ferai l'effort de ne plus entrer dans ce genre de débat ;-)
pour ce qui est de mon graphisme oui... méa culpa.. mais bon, soyons honnête.. Promethee ne risquait-il rien à se coller juste derrière toi avec son intervention plate et plutot mesquine ?
je veux pas mettre d'huile sur le feu, d'ailleurs je vais finir gentiment!
faut pas trop m'en vouloir je suis un peu dingue..........
je n'insulterai plus personne sur ton blog Ubu.. tu ne mérites pas ça.
bis repetita?
(ne me jugez pas trop sévèrement..) Brian Jones
cordialement

Écrit par : dôm | 31/01/2005

... Par respect des morts... qui avaient toutes les raisons de vivre et qu'on a fait taire.
Pour donner une voix à leurs cris qui déchirent l'oubli...
Parce qu'il faut donner un temps aux personnes du passé avant de penser à construire l'avenir...
Pour se souvenir qu'ils étaient des hommes, rien que des hommes, des femmes, des enfants...

Bâtir un avenir ... parce qu'ils auraient voulu en avoir un.
Bâtir un avenir où ils ont leur place
Bâtir un avenir où la souffrance par eux endurée est un garde-fou pour les plus jeunes...

Écrit par : Madeleine | 31/01/2005

Je viens de voir vos réponses ;) Je suis un rien distrait ces temps-ci ;)

Cher Dôm,
Ta réponse est toute à ton honneur : j'apprécie franchement tes interventions :) Je ne me suis pas senti bousculé : pas d'inquiétude. ;) Un petit aveu : je crois que je suis dingue moi aussi ;)))

Chère Madeleine,
Pour qu'il n'y ait ni nuit ni brouillard...

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 31/01/2005

Les commentaires sont fermés.