21/02/2005

Strange fruit

Pourquoi j'aime le jazz ?
Parce qu'il a créé des chansons comme celle-ci... Parce que Billie Holiday a juste la voix qu'il faut, sur cette chanson, comme sur pas mal d'autres d'ailleurs.  Parce qu'on n'a pas fait mieux depuis les pendus de Villon. Parce que c'est mon Amérique à moi, celle où les Indiens sont cantonnés dans des réserves, où les "Coloured people" sont mal vus, où les écrivains géniaux (James Crumley, Richard Brautigan, Jim Harrison, Chester Himes, Raymond Chandler) vivent en exil d'eux-même dans des paysages moins sauvages que l'humanité dont ils parlent. Parce que je n'aime pas ce qui brille, ce qui est artificiel, ce qui promet un bonheur vite dépassé. Parce que le désespoir qui se chante paraît moins douloureux.
 

Strange fruit

 

Southern trees bear a strange fruit,
Blood on the leaves and blood at the root,
Black body swinging in the Southern breeze,
Strange fruit hanging from the poplar trees.

Pastoral scene of the gallant South,
The bulging eyes and the twisted mouth,
Scent of magnolia sweet and fresh,
And the sudden smell of burning flesh!

Here is a fruit for the crows to pluck,
For the rain to gather, for the wind to suck,
For the sun to rot, for a tree to drop,
Here is a strange and bitter crop.

 

Etrange Fruit

Les arbres du Sud portent un étrange fruit,
Du sang sur les feuilles, du sang aux racines,
Un corps noir se balançant dans la brise du Sud,
Etrange fruit pendant aux peupliers.

Scène pastorale du "vaillant Sud",
Les yeux exorbités et la bouche tordue,
Parfum du magnolia doux et frais,
Puis la soudaine odeur de chair brûlée.

Fruit à déchiqueter pour les corbeaux,
Pour la pluie à récolter, pour le vent à assécher,
Pour le soleil à mûrir, pour les arbres à perdre,
Etrange et amère récolte.

 

 

http://www.lady-day.org/aboutsrangefruit.html

 





23:51 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Commentaires

Parce que le désespoir qui se chante paraît moins douloureux. (...)
Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
(...)
Louis Aragon - Il n'y a pas d'amour heureux.

Écrit par : Tony | 22/02/2005

Cher Ubu, Tu connais la chanson, "quand le jazz est là, quand le jazz est là, la ... s'en va. Remplacer le nom de la danse par "Armand".
Je t'ai laissé un petit mot pour te dire que je ne boude pas, mais vaut mieux se taire que de dire une co....ie!

Écrit par : Armand | 22/02/2005

Le racourci Villon....
qui rejoint Chandler....

je n'aurais jamais osé faire ça, pourtant, avant de déconner sur les blogs, je crois que j'ai osé dire bien pire...et l'écrire
et payer pour ( oui oui notre démocratie n'est pas tendre pour les gueulards ... ) mais tiens une annecdote pour Armand...
in illo tempore ( paf Arena) il fallait sur l'estrade prendre la place du dictateur chef et dire des vers, au choix cette semaine... j'en avais un stock, pas piqué des
hannetons, il y en avait encore...
mais avant moi passait une jolie Nicole qui (elles montraient encore leurs jambes) se déhanchait en récitant Barbara... il pleut sur Brest, je l'attendait au tournant, elle venait d'une de ces écoles de soeurs où le péché ne se courtise pas... le mot cité découpé - ça ne se fait plus, par Armand, le mot donc surgit dans toute son horreur....
et j'en suis resté baba, je dois l'être encore, le belle en cuisses était mignone intelligente et finaude, dans le feu de l'action le prof, Van Cau et moi en avons suffoqué une audace miraculeuse... elle récita
quel colori la guerre....
la rime était sauvée, l'audience tenait le poème sauvé et le gros mot blasphématoire expurgé....

Écrit par : xian | 22/02/2005

Pour Xian Ton petit bout de latin me rappelle un texte (pas pour les soeurs!) que tu connais peut-être et que tu peux retrouver dans son intégralité (cinquième chanson) à: http://homepages.ulb.ac.be/~xhubaut/chorale/cure2.htm
"In eo tempore erat Jesus in cal..., dixit discipulis et apostolis suis, ... eam" (etc)
Le latin est une langue que je déteste... mais il faut connaître son ennemi pour pouvoir mieux le combattre !
Amicalement
P.S. Ne fais pas trop vite de déductions quant à mes études ou ma personnalité!

Écrit par : Armand | 22/02/2005

Voilà je t'écris ces mots en écoutant quelques morceaux de Billie Holiday, pêchés en suivant le fil du lien que tu nous as si aimablement offert... C'est vrai qu'elle a une voix qui vous tremble l'âme du fond de la gorge, une voix qui vibre comme les trilles d'un rossignol sauvage, il s'en dégage une nostalgie intense qui s'épanouit à l'air de mon soir, comme une rose noire, blues néantitude...
So long, Ubu..

Écrit par : Nortine | 22/02/2005

Merci de votre passage Cher Tony,
Tu as déjà passé ton examen ? J'aimais bien l'interpétation de Brassens mais il faut dire que personne n'a repris l'Ode à Staline du même Aragon ;))

Cher Armand,
Je savais que tu avais un défaut : alors, comme ça, tu n'aimes pas le jazz ! Grmf ! Allez, tu peux rester tout de même... ;)

Cher Xian,
Et oui, j'ai osé :))) Jolie anecdote : je me demande si mes élèves auraient encore de ces pudeurs..; Quoique... ;)

Cher Armand,
Je n'ai pas encore été voir le lien : aurait-il un rapport avec les fleurs du Mâle ? ;)) Tu m'inquiètes... Je ne déduis rien mais si c'est ce que je pense, c'est le bouquet ;))))))

Chère Nortine,
C'est une superbe chanson : comme quoi, on peut créer de l'art sur le pire... le lynchage par exemple...

A bientôt

Écrit par : Ubu | 24/02/2005

Spondées spontanés ? Cher Ubu,
Eh oui, je crois qu'il s'agit d'extraits de cette oeuvre éternelle (ou d'un de ses clones)...
C'est plus pratique pour apprendre le latin que l' "Ante mare et terras et quod tegit omnia caelum unus erat toto naturae vultus in orbe..." dont je me souviens encore après cinquante ans de cauchemars!
Vivement que notre amie à la douche de vermeil lave la mémoire collective de ces (pdéro)dactyles!
Amitiés
PS Je connais ta réponse: GRMPF

Écrit par : Armand | 24/02/2005

on avait une rue Joseph Staline à Ougrée(commune fusionnée avec Seraing)...jusqu'a ce que ne tombe le mur de Berlin! Faut dire que Laurette Onkemachin et sa clique est d'Ougrée...
Cette rue est devenue: Rue de la Démocratie...mais après la chute du mur, après!

Écrit par : Tony | 26/02/2005

Cher Tony, Il faudra un de ces jours se décider à ne jamais donner de nom de rue aux hommes politiques : si l'on choisissait plutôt des artistes ou des scientifiques... Ou alors des lieux-dits : rue mitan des camps, au centre ville, ça le fait, non ? ;))
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 28/02/2005

Les commentaires sont fermés.