10/04/2005

"Le fusil brisé"

J'avoue mes lacunes en histoire de Belgique : il y a un ensemble d'événements qui me restent inconnus, soit parce que mes divers professeurs ne les ont jamais abordés, soit parce que je n'ai pas pris le temps de m'en informer. Sans doute parce que je n'ai jamais été un militant politique : j'ai décidé assez vite de me cantonner au syndicalisme, non pas idéologique mais purement pragmatique, en souvenir de pressions subies personnellement lorsque je m'étais "arrogé" le droit de faire grève il y a quelques années et parce que je me disais que je pourrais être utile dans ce maquis des textes légaux qui régissent mon métier. Le nez plongé à hauteur de circulaires, décrets et autres arrêtés gouvernementaux, j'en oubliais parfois qu'un mouvement syndical se construit parfois dans les symboles : je vasouillais même sur l'histoire du premier mai, avant de me rendre compte qu'il était une date du mouvement ouvrier, de la base, comme on dit, pas l'emblème des partis et hiérarchies syndicales (les secondes n'ont-elles pas rejoint les premiers ?). De même, l'histoire du "Fusil brisé", je ne l'ai apprise que récemment : honte à l'ancien Louvièrois que je suis !
Je la reprends donc ici, avec mention de la source, pour rappeler à ceux qui l'ignoraient comme moi qu'en un temps qui semble bien révolu, l'idéalisme ne se souciait pas des "nécessités" politiques et refusait toute dictature, se prétendît-elle d'une idéologie commune. Parce que le courage n'a pas de camp, parce qu'il constitue la dignité humaine, parce que Tien-an-Men ou les geôles de Castro valent les crimes de Pinochet ou de la dictature argentine, un coup d'oeil dans le rétroviseur de l'Europe.
 

Qu'est-ce le "Fusil brisé" ?

Il faut remonter quelques années après la guerre 14-18, plus exactement en septembre 1921 : des syndicalistes organisent une semaine de discussions à Morlanwelz; des militants syndicaux étrangers y prennent la parole parmi lesquels Johan SASSENBACH, allemand, qui doit parler du contrôle ouvrier en Allemagne.

La semaine de débat débutait le lundi 5 septembre pour se clôturer le samedi 10 septembre. A mi-semaine, le 7 septembre, une grande conférence publique des délégués étrangers était annoncée à La Louvière.

Une "Association des combattants" appose une affiche :

"Proteste énergiquement contre l'arrivée, à La Louvière, d'un délégué allemand… fait appel aux invalides… aux déportés qui ont été martyrisés dans les prisons d'Allemagne…" Halte au Boche !

Le 7 septembre arrive. Le cortège des syndicalistes arrive de Morlanwelz à La Louvière où le meeting doit se tenir à la "Maison du Peuple".

Quand le cortège débouche place "Jules Mansart", des contre-manifestants "patriotes" tentent de bloquer l'entrée de la "Maison d u Peuple".

Une bagarre éclate.

Va se former une "Ligue du Drapeau", groupant les principales personnalités des partis libéral et catholique. Les couleurs nationales ont été souillées. Les drapeaux des patriotes ont été mis en lambeaux lors de la bagarre devant la "Maison du Peuple".

S'organise donc une "JOURNEE EXPIATOIRE" destinée à glorifier le drapeau national.

Une manifestation aura lieu le 12 octobre.

"Il est trop tôt pour nous imposer la présence de nos ennemis d'hier, d"aujourd'hui, de demain."

Les choses n'en restent pas là.

Il faut une riposte à la "Journée expiatoire" ! La fédération locale socialiste de La Louvière lance un appel pour la manifestation du 16 octobre. Il y aura un nouvel étendard : un soldat, un jass brisant son fusil. A bas la guerre !

Le drapeau fut jugé séditieux, poussant à l'indiscipline, à la révolte. Comme Edouard ANSEELE, ministre socialiste, assistait à cette manifestation et y avait prononcé un discours, le ministre libéral de la guerre démissionna, entraînant la démission des ministres socialistes.

Source : http://users.belgacom.net/studiotheatre.ll/historique.htm
 
 
 

15:21 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

Commentaires

Remember Belgium En effet, peu de gens connaissent l'histoire de la Belgique, en particulier les ouvriers martyrs belges à Soltau.

Une rue s'appelle encore comme ça à Soignies "Rue des Martyrs de Soltau" en plus de toutes les "Rue des déportés".

Enfin, comme disaient les français dans les années 30 : "Plutôt allemand que mort". Vive la paix à tout prix... cassons nos fusils et mangeons de la choucroute.

Écrit par : Couhoulinn | 10/04/2005

Cher Couhoulinn, Je parle ici de faits datant de 1921 ! ;) La suite est malheureusement connue : y compris l'arrestation des syndicalistes, politiques et même religieux allemands qui s'opposèrent au nazisme... Ceci pour rappeler que le pacifisme était une tendance réelle après 14-18 : "Plus jamais ça !" A ne pas confondre non plus avec Munich et le démembrement de la Tchécoslovaquie...
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 10/04/2005

Commencer par le commencement... Cher Ubu,
Comme je crois que de nombreux lecteurs ignorent les origines du PS (et du POB avant lui), je crois qu'il serait intéressant de lire:
http://www.wallonie-en-ligne.net/1995_Wallonie_Atouts-References/1995_ch08-1_Alaluf_Mateo.htm
Ce petit texte (Institut Jules Destrée) est un bon résumé de l'évolution du socialisme et pourrait même intéresser quelques uns de nos plus militants... socialistes! (Tout évolue, rien n'est figé.)
Avant d'étudier des fait "locaux" (aussi importants soient-ils), je préfère commencer par des généralités...
Amitiés.

Écrit par : Armand | 10/04/2005

Cher Armand, Je te remercie pour le lien : je vais aller le voir. J'avoue que j'ignore beaucoup de choses à ce sujet : je ne suis pas socialiste, même si mon syndicat confond parfois les genres ;))
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 10/04/2005

.... Cela me fait grincer cette image du manifestant chinois...car aujourd'hui, on dit tout et rien à la fois, mais n'est-ce pas nos gouvernements européens qui veulent briser l'embargo des armes à l'égard de la Chine ? De l'Allemagne de Schroeder à la France de Chirac en passant par les marchands de canon suédois, les chancelleries aimeraient faire bénéficier les fruits des ventes sur leur économie, en période de disette...et les démocrates locaux trinquent.

Un peu comme les armes pour la Tanzanie...Les syndicats n'ont pas aimé le gel de la décision, au motif d'un "coup bas" à l'économie locale et à l'emploi. Crois-tu que cela soit différent avec Pékin ?

En fonction de ses intérêts, l'homme est capable d'être des plus schyzophrène, le carnaval des utopies comme j'aime le citer...

Écrit par : promethee | 10/04/2005

Cher Prométhée, Je comprends très bien ta réaction : les propos des syndicalistes, tout comme les aspects "communautaires" du dossier sont venus opportunément faire oublier l'aspect moral du problème. D'ailleurs, les prises de position morales n'ont plus cours, à gauche comme à droite, dès que les affaires sont en jeu !
Ainsi, la gauche belge se sent beaucoup moins impliquée dans le problème des sans-papiers que dans la perennité des restes de son industrie d'armement : y a-t-il un Eisenhower dans la salle ?...
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 10/04/2005

.... Nous vivons une drôle d'époque avec tant de particularismes des intérêts, que la morale n'est devenue qu'un vulgaire cache-sexe face un pubis garni de contradictions. C'est navrant car on ne sait plus trop bien quoi croire à la longue....

Écrit par : promethee | 10/04/2005

... "Proteste énergiquement contre l'arrivée, à La Louvière, d'un délégué allemand… fait appel aux invalides… aux déportés qui ont été martyrisés dans les prisons d'Allemagne…" Halte au Boche !

il y a eu de nombreux déportés belges en Allemagne dont beaucoup sont morts de faim et de froid à cause du refus de travailler pour l'Armée Allemande. Ceux qui sont revenus pesaient même pas 35 kilos. Travailler avec des syndicalistes allemands en 21, soit 3 ans après, ça devait pas faire rire les gens qui ont perdus un des leurs à Soltau.

Munich? C'est dans le même esprit : "Plutôt vendre la Tchecoslovaquie que mort", il suffit de lire les discours de Chamberlain et de Daladier. Fallait être fou de croire à la paix avec le traité de Versailles, bien avant l'arrivée de Hitler sur la scène politique.
---
Pour ce qui est des ventes d'armes, il est vrai qu'il faut être fou pour en vendre à la Chine ou à des pays du continent africain avec les risques de guerre là-bas, que ce soit une invasion de Taiwan (La Chine fait même des exercices militaires conjoints avec la France pour ça...) ou des conflits internes dans la région du Rift.

Écrit par : Couhoulinn | 11/04/2005

Bonsoir ! Cher Prométhée,
N'est-ce pas la différence entre impératif catégorique et immpératif hypothétique : de certains, on ne peut s'attendre qu'à des actions conformes à leur intérêt ; d'autres agiront en fonction de positions éthiques, fût-ce à leur détriment. ;) On nous laisse encore la possibilité de juger...

Cher Couhoulinn,
Il ya aussi un temps pour vouloir renoncer à la guerre : c'est ce que faisait le "Fusil brisé", c'est ce que je défends. J'admets qu'on ne puisse pas être d'accord avec ce que je pense, je l'ai déjà prouvé, mais j'aime qu'on pense un problème dans toutes ses données. Fallait-il suivre les va-t-en guerre qui poussaient à la vengeance ? Fallait-il à nouveau mener le combat des Maîtres des Forges ? Sûrement pas : c'est cela qui était en question ce jour-là. Et on ne peut que regretter qu'il n'y ait pas eu assez de fusils brisés en Allemagne. Combien d'anciens combattants parmi les nazis ? ...
Ta dernière remarque me semble, elle, judicieuse ;)
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 11/04/2005

... Hitler était un ancien combattant, Goering, Mussolini, Pétain aussi, ect... Il y avait énormément d'anciens combattants parmi les nazis et consorts. La plupart ont été membres également des partis des travailleurs de leur pays respectifs.

Il est assez difficile de parler de la période d'avant-guerre et des idéologies totalitaristes qui y ont vécues (et qui existent encore malheureusement), le grand public ne connait presque que la Shoah et certains faits d'armes. Je ne m'avancerai pas plus, je préfère en apprendre suffisamment.

En ce qui concerne une possible guerre avec Taiwan, il est surprenant de lire la "bonne parole" du PTB sur cette petite île démocratique, sur le Tibet ainsi que sur la guerre de Corée... Propaganda...

Écrit par : Couhoulinn | 12/04/2005

Cher Couhoulinn, Comme tu le rappelles, ils étaient anciens combattants. Et à ma connaissance, seul Mussolini a fait partie d'un mouvement socialiste... Par ailleurs, je n'ai pas compris pourquoi tu parlais de la Shoah : à mon sens, elle n'a rian à voir avec la guerre de 14-18 et doit plus aux théories racialistes et antisémites du XIXème siècle qu'à l'esprit revanchard. Cantonnons-nous à l'après première guerre...

Écrit par : Ubu | 12/04/2005

... Dans NSDAP, il y a un S et le A signifie Arbeit - "Travail". À l'époque en Allemagne, il y avait énormément de "transferts bilatéraux" de membres entre les communistes et les fascistes. Pour s'en rendre compte, il suffit de lire le chapitre 2 de "La route de la servitude" de Friedrich A. Hayek écrit en 1943. Il est un autrichien qui a vécu la montée des totalitarismes.

Écrit par : Couhoulinn | 13/04/2005

Cher Couhoulinn, C'est sans doute pour cela que le PCF se faisait appeler le "parti des fusillés" et que De Gaule a travaillé avec eux, très loin de ses convictions profondes pourtant... Par contre, la collaboration économique, on pourrait en parler longuement, au-delà de l'histoire anecdotique de Marchais chez Messerchmitdt...
A tôt ou tard ;)

Écrit par : Ubu | 14/04/2005

LA LOUVIERE 1921 Extraordi naire: vous parvenez à écrire toute cette histoire sans faire référence à la Jeune Garde Socialiste.

Les JGS furent les véritables organisateurs de cette manifestation historique.

En 1961, ils célébrèrent à La Louvière le 40° anniversaire.

En 1966, devenus trotskystes, ils en célébrèrent le 45° anniversaire... mais à LIEGE !

Écrit par : BEAUJEAN | 17/08/2006

Monsieur Beaujan, Je ne sais plus si je l'ai précisé (puisque le post n'est pas récent et que ceci n'est qu'un blog) mais j'ai regroupé les infos comme elles venaient.
Maintenant, pour les JGS, j'ignore leur rôle dans cette histoire : il est vrai que le mot "socialiste" dans son acception actuelle me rend très méfiant ;))

Sans rancune ?

Écrit par : Ubu | 24/08/2006

Les commentaires sont fermés.