01/05/2005

Ni dieu, ni maître, ni croquettes

En fin de compte, c'est peut-être bien la guerre.
 
La guerre contre ceux qui préfèrent la doctrine à la réalité, contre ceux qui se sont tellement amourachés de leurs idéologies qu'ils oublient la réalité, contre ceux qui se prétendent les évangélistes de nouvelles vérités puisque décidément "on nous cache tout, on nous ment, on complote".
 
Une idéologie est une compagne changeante : si elle nous astreint ou prétend nous soumettre, mieux vaut prendre nos distances. Pourtant, là voilà attaquée sur des chicanes, ou discréditée au hasard d'un fantasme, comme si le détracteur se comportait en amant rejeté, et nous revoilà ses défenseurs, chevaliers de coeur vêtus comme l'as de pique.
 
Il m'arrive de douter de la pertinence même de mes idées, lorsque je les partage ou dès que je les ouvre à la discussion : je leur découvre alors le subtil charme de leur mouvement. Mais si l'un ou l'autre prétend m'affirmer ses vérités péremptoires, dont il a forcément toujours les preuves, avec cette force de persuasion du doctrinaire, dont la tâche est facilitée par le simplisme de raisonnement, dont la vérité ne peut épater que par sa partialité partisane, je me sens à nouveau iconoclaste. Et l'envie de projeter ces idoles nouvelles, qui ont le goût suranné des frustrations mal cuites, me reprend, au nom de ma dame de coeur.
 
L'idéologie a la lourdeur d'une pensée abstraite qui, sous prétexte de sa rigueur de construction, se soumet les faits, les penseurs, les quidams. Elle pense résoudre : elle ne nous propose en fait que ses malhonnêtetés, ses errements, ses inconséquences, comme un prisme déformant qui nous piégerait entre ses multiples facettes. Les idéaux sont de beaux rêves, légers et pétillants, qui épanouissent leurs corolles  pour nous permettre de les butiner. Ils nous appellent à la dérision mais ne nous cachent pas la tendresse ou la douleur de la réalité : nos rêves nous font des oeillades innocentes, pas des regards lourds de reproches.
 
Bienvenue chez un idéaliste excentrique.
 
Vous êtes prévenus.  

19:14 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

Commentaires

moi j'aimais bien tes images des posts précédents :))))

Écrit par : BT | 01/05/2005

je trouve ce texte beau
et oui j'ai deja un pied de l'autre coté... ;) à plus :)

ps. qui est ta dame de coeur !! ;))
ok je sors

Écrit par : imagine | 01/05/2005

.... L'idéologie sur le plan des préférences philosophies peut être une sorte de fil rouge dans le cogito quotidien mais jamais constituer de larges oeillères. Nous en avons déjà discuté et nous partageons cet avis, il vaut mieux parfois abjurer que de se compromettre car rien n'est pire que celui qui s'en va corrompre un idéal par aveuglement dogmatique, toute tendance confondue.Bonne soirée, commandant, on passe un film après le repas à bord ? ;))

Écrit par : promethee | 01/05/2005

Questions avec réponses pessimistes. Cher Ubu,
Je me suis déjà demandé pourquoi les partis existent et pourquoi on ne vote pas pour des personnes: le vote "panaché" est même interdit!
A qui profite le crime?
Comment peut-on pardonner à un fraudeur du fisc (dans un camp) ou à une dame qui dilapide l'argent public pour son confort personnel (dans l'autre camp) parce qu'ils font partie d'un parti?
Comment un responsable Wallon peut-il, un premier mai, dire qu'une séparation d'avec la Flandre est envisageable alors qu'il sait très bien que ce serait ramener les finances de la Wallonie au niveau de celles des anciens pays de l'Est, la progression du bien-être en moins?
Il est des jours où je suis très pessimiste, et ces jours sont, hélàs, de plus en plus nombreux!
Amitiés.

Écrit par : Armand | 01/05/2005

*** La force de l'idélaisme, c'est que les idées sont par définition irréalisables et invérifiables. Et pourtant, l'idée s'impose et, loin de nous offrir le repos du dévôt, elle nous tire sur le chemin infini de la recherche...
Qui l'impose la trahit, et qui la trouve s'est trompé...
cordialement

Écrit par : gorgo | 01/05/2005

... Il y a idées puis convictions. Il y a idées, puis principes. Les principes, c'est par exemple, ne pas se compromettre avec certains qui tiennent des thèses inacceptables, des thèses qui poussent à la haine et au racisme; les principes, c'est parfois se démarquer de ceux qu'on appelle "des amis" parce qu'ils revoient l'histoire en fonction de leurs thèses propagandistes; les principes, c'est d'accepter de débattre avec "eux", puis quand on s'aperçoit qu'il n'y a pas de discussion, mais simplement, une tentative d'imposer ses "vues" en les répétant le plus fort possible et en traitant l'opposant de manière condescendante, c'est poster un message comme celui-ci, qui prouve l'immense supériorité d'Ubu par rapport à ceux qui ne veulent se faire mal voir nulle part, de peur qu'on les aime un peu moins. Bravo Ubu et très bonne réponse d'Imagine, d'Armand, de BT et de Gorgo... :)

Écrit par : serge | 02/05/2005

Vos posts et commentaires... Chers Ubu, Serge et Gorgo,
Votre post et réactions m'ont inspiré un post (sujet trop vaste pour un simple commentaire) plus général sur la solidarité prônée et pratiquée...
Ubu et Gorgo opineront probablement à mes propos mais Serge appréciera peut-être moins...
Je vous envoie un spam car vous ne savez pas que dans le blog, colonne de droite, on peut cliquer sur "politique" et ainsi ne pas avoir les blagues à caractère non politique, ce qui facilite la lecture...
Amitiés.

Écrit par : Armand | 02/05/2005

... Suis globalement d'accord. Mais j'ai tendance à ne plus me braquer tant je consière que l'expression de certaines idées (ou plutôt de la forme de cette expression) relève plus de la vanité dégoulinante que de la volonté de débattre.

Écrit par : HL | 02/05/2005

Tout est-il dans tout? Cher Ubu,
Te souviens-tu de notre divergence de vue au sujet de Céline:
- J'estimais que son passé ne m'autorisait pas à m'intéresser à ses écrits.
- Tu estimais que son oeuvre littéraire pouvait être considérée indépendamment de ses idées politiques, l'oeuvre écrite occultant un passé peu glorieux.
Amitiés.

Écrit par : Armand | 02/05/2005

Merci de votre passage ;) Cher BT,
J'ai du mal à trouver des images : je n'ai pas ton talent ! ;)

Chère Imagine,
J'avoue que c'est la première fois que j'accepte un rendez-vous Six pieds sous terre ! ;) Pour le reste, chut : discrétion ;))

Cher Prométhée,
Deux principes : humanité et honnêteté... Pour le reste, j'avoue que je manque d'idées au logis ;) Pour le film, on va attendre un peu : trop de réalité ces temps-ci ;)

Cher Armand,
Il y a des gens honnêtes dans tous les partis ; il y a aussi des gens qui sont covaincus d'être honnêtes sous prétextes qu'ils disent ce qu'ils croient penser ; et il y a ceux qui savent pourquoi ils sont là. Le problème réside aussi dans le fait que les électeurs confondent eux aussi politique et clientélisme : combien de lettres reçoit le moindre élu pour l'une ou l'autre faveur ? Cela doit rendre mégalomane le moindre coq de village, qui croit que le soleil se lève grâce à son chant. Syndrome de Chanteclerc ;)

Cher Gorgo,
Comme tout change, et le monde et nous-mêmes, celui qui campe sur ses positions est forcément dépassé. Quoi de neuf ? Montaigne ;)

Cher Serge,
Il y a surtout des idéaux, de l'éthique et beaucoup de doutes ;) Et le plaisir de débattre...

Cher Armand,
Mais j'aime aussi les blagues de BT et les photos de Catherine ;) Le monde serait vraiment mal en point si on se prenait au sérieux ;))

Cher Hl,
Le style fait parfois passer une autre qualité : celle d'une recherche qui ne s'achève jamais ;)

Cher Armand,
Tu as de la mémoire ;) J'ajouterai que l'oeuvre doit être considérée en connaissant les idées de leur auteur : ce qui n'empêche pas d'admirer la première et de réprouver les secondes... ce qui reste le problème des céliniens convaincus ;)

A bientôt ;)

Écrit par : Ubu | 02/05/2005

réfléchir et toutes ces sortes de choses avec un nuage de lait

excentrique... oui
tu as raison,vaut sans doute mieux être ex que con.

Écrit par : xian | 03/05/2005

hello Ubu de retour des nuages avec des idées hautes, forcemment...belle journée;-)

Écrit par : fun | 03/05/2005

Mais sans idéologie L'anarchisme ?
Quoi, que l'anarchismes est déjà, une idéologie à part entière !
Dur dur ..

Écrit par : Nola | 03/05/2005

Le grand retour ... en force ... c'est tout bon !

Écrit par : Mateusz | 03/05/2005

Au choix Ce sont les idées qui mènent le monde,sans idées tu meurs.Quel idée as-tu de moi
mon cher UBU?Monsieur BIC n'a-t-il pas eu une bonne idée? Amicalement.

Écrit par : duke | 04/05/2005

Bonjour férié ;) Cher Xian,
Et si j'étais un ex-con ? ;)

Chère Fun,
Je plane toujours quand le pied de mon bureau ne me fait pas de croc-en-jambe ou quand une marche indélicate ne considère pas que je lui ai prêté trop peu d'attention ;))

CHer Nola,
Même pas l'anarchisme : juste l'anarchie douce ;)

Cher Mateusz,
Faudra que je repasse ! ;)

Cher Duke,
Monsieur Bich n'a pas eu d'idée : il a vendu ! ;) C'est la différence entre Duke Ellington et Ray Connif : l'un s'écoute, l'autre se vend ;)

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 05/05/2005

Il avait la guerre et même plusieurs


il est mort

Écrit par : Xian | 05/05/2005

Alea jacta est Nos sources différent mais là n'est pas le problème.Mon propos(très loin d'une
philosophie biscornue) est simple( j'entends l'écho simpliste).Si l'idée n'existait pas
il n'y aurait pas de blog.Je n'aime pas l'idée unique,elle est dangereuse.A bientôt.

Écrit par : duke | 05/05/2005

Bonsoir ;) Cher Xian,
Serait-ce l'épitaphe d'un de tes personnages ? ;)

Cher Duke,
Un idée ne me suffirait pas : il y a tellement de réalité à vivre, de plaisirs à ressentir. Et puis, les idées se brassent, se goûtent, se dévorent comme on les sent : pas comme on nous les impose. C'est tout un monde qui nous est ouvert, y compris (mais pas seulement !) dans les blogs. ;)) Amitiés

A bientôt

Écrit par : Ubu | 05/05/2005

Les commentaires sont fermés.