26/05/2005

Est-ce par hasard ?

La Bible recèle un code : Moby Dick aussi. Et si je cherche bien, je suis certain que ma déclaration d'impôts doit être également codée, si j'en juge par mes difficultés habituelles à comprendre le livret qui l'accompagne, best-seller préestival qui nous annonce que les beaux jours resplendissent mais qu'il est toujours nécessaire d'aller bosser, bougre de paresseux, si tu veux pouvoir te plonger dans l'intégrale des oeuvres du Ministre des Finances, mille grâces et tous les comptes du Luxembourg lui soient rendus.
 
Les codes : splendides découvertes qui suscitent l'émerveillement de l'initié, attentif et forcément intelligent, qui a levé le voile sur ce que tous ignoraient. Le Bible aurait ainsi annoncé de multiples événements, elle qui se spécialisait dans les prophéties : la disparition des dinosaures, l'arrivée d'Hitler au pouvoir, les assassinats de JFK et de Rabin et même l'attentat du World Trade Center. Elle nous prédirait même une guerre nucléaire en 2006, l'arrivée du Beaujolais dans l'année  - miracle sans cesse renouvelé de la transformation de la piquette en vin - et des réformes dans l'enseignement. En cherchant bien, je  devrais même y trouver le tirage de la loterie coloniale de 1932 et la liste de mes courses de ce samedi, puisque tout est prévu. Mais il faudra que je consulte mon Moby Dick pour vérifier si je prends des boîtes de thon ou des filets de truite : n'exagérons pas, on ne peut se spécialiser en tout.
 
Un journaliste, Michael Drosnin, a donc prétendu que la Bible regorgeait d'indications qu'il fallait décoder. Forcément, un texte sacré, ça en jette : tout ne s'y trouve-t-il pas ? Malheureusement, Moby Dick aussi peut tout annoncer, comme l'a démontré le professeur Brendan McKay : il suffit d'appliquer une structure de raisonnement a posteriori pour prétendre réguler le hasard (pour plus d'infos, suivre le lien). Avec les fumistes qui croient détenir une vérité parce qu'ils l'ont plaquée sur leur objet d'étude, nous nous trouvons loin de la rigueur de l'exégète neutre et du scientifique averti.
 
Le problème ne réside pas dans ce jeu de codes : au fond, s'amuser à créer des cryptogrammes à partir de chimères est un amusement comme un autre. Mais y croire, leur attribuer une qualité de vérité ? Les délires ne sont joyeux que lorsqu'ils ne s'imposent pas et n'abusent pas de notre crédulité : il reste permis de préférer la naïveté du poème, le sourire du canular à la prétendue révélation, péremptoire et usagée, d'un texte qu'il faut rendre sacré par tous les bouts, y compris les plus improbables.  Je signale, pour éviter tout malentendu, que je ne fais nullement allusion au projet de traité constitutionnel , dont il est beaucoup question ces temps-ci, même s'il s'agit d'un sacré texte à l'hermétisme frais comme un lâcher collectif de guano sur une digue ensoleillée par des mouettes qui ricanent dans l'attente du promeneur insouciant, le malheureux. Dans ce dernier cas, on peut d'ailleurs parler de présage : qui voit des mouettes (marche aussi avec les pigeons en ville !), voler au-dessus  de lui le matin devra se rendre au pressing dans la journée.
 
En fait, la Bible a ses beautés, comme Moby Dick : les deux ont leurs élégances de style, leur lyrisme, leur élan vers l'absolu. Mais le second a eu le bon goût de ne pas s'imposer en culte, de nous laisser au hasard qui permet au lecteur d'accorder son souffle sur les détours d'une phrase, qui nous permet de vivre au jour le jour en restant imprévisibles. Au fond, notre liberté et notre indépendance se joue dans ce genre   d'escroquerie : il nous faudrait croire à un avenir qui n'est que pure spéculation alors que nos journées se succèdent, fortuites. N'est-ce pas parce que rien n'est écrit que nous pouvons vivre heureux ?  
 

01:29 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

Commentaires

sos est-ce codé ?

Écrit par : xian | 26/05/2005

.... La bible ne s'impose pas en culte, c'est l'Homme qui en fait son choix d'interprétation à des degrés divers, via sa propre lecture ou celle des autres. N'est-ce pas pareil avec la politique par exemple, entre la lecture de la constitution européenne par Attac ou par le clan de François "le flan" Hollande ? Les textes ne se lèvent pas pour pousser du doigt la conscience d'autrui, c'est le schéma du cogito et parfois bien de la connerie de l'humanité qui poussent à aller dans un tel ou dans un autre sens de l'interprétation. Nous sommes d'accord jusque là...

Mais quelle est la différence entre l'alchimiste du cryptogramme et le manipulateur de la "vérité" politique, tu sais, ceux qui prétendent chaque jour avoir leur solution pour l'humanité au nom d'idées de gauche ou de droite ? Ceux qui prétendent connaître la félicité par l'imagination du Christ et ceux qui prêchent l'utopie comme mode de vie ?

La subjectivité, toujours la subjectivité, du morceau de cake qui ressemble à la sainte vierge à l'illusion du Phalanstère, tout est relatif en ce bas monde...et pour conclure, j'aime beaucoup les baleines, surtout dans le Saint Laurent :))

Écrit par : promethee | 26/05/2005

..... Dans mon propos et pour être précis, je ne résume pas la foi et les interprétations à Jean-Paul II ni le politique à Le Pen ou Mugabe, discuter des extrêmes ne favorise que de grosses évidences....

Écrit par : promethee | 26/05/2005

Singe dactylo Dans le calcul des probabilités, (*) on évoque souvent le singe dactylo.
Pour rappel, on essaie de calculer la probabilité d’avoir le texte complet du journal «Times» du lendemain en laissant un singe noircir des feuilles de papier...
Comme les probabilités sont faibles, on recalcule, mais en autorisant dix fautes, mais les chances restent minimes...
De plus, on a autant de «chances» d’obtenir un journal avec des fausses nouvelles!
Je pense aussi aux miracles nécessaires aux béatifications et dont on n’entend parler qu’après la mort du bénéficiaire (Pape, Thérésa...) ou aux Centuries de Nostradamus...
La crédulité humaine est presque sans limites. Les mathématiques permettent de chiffrer... et c’est rigolo!
(*) http://www.sc.ucl.ac.be/e-mediasciences/webexploi/smath.html voir «S431».

Écrit par : Armand | 26/05/2005

Bonjour ;) Cher Xian,
Pour une fois, c'est toi qui est décontenancé ! ;)

Cher Prométhée,
Nous sommes bien d'accord : ce n'est pas la Bible mais les interprétations abusives que l'on en fait qui sont dangereuses. Mais on dirait que notre époque se précipite à nouveau dans des doctrines, pas seulement religieuses, comme si l'esprit de chapelle était devenu une sorte de critère opératoire absolu : au fond, n'est-ce pas la nécessité d'un mode de communication qui induit un mode de pensée très simpliste ? Plus clairement (j'avoue que je me sens moi-même obscur : il ne faudrait jamais se relire ;)), ne cédons-nous pas à la complaisance du confort (logique d'inclusion/exclusion, presque un langage binaire ?) face à notre propre complexité. Et par là-même, ne recherchons-nous pas des réponses là où nous devrions commencer par réfléchir à nos questions ?
Il existe, encore, une différence notable entre l'illusion du cryptogramme et celle de la politique : c'est le rôle de l'électeur. Mais là, je dirais que la situation est un rien plus complexe. Les manièrers de voter sont nombreuses, tout autant que celles de faire de la politique : les premières peuvent aussi déterminer les secondes. Il y a encore des électeurs qui votent par conviction : à eux d'exprimer un avis critique face à leur choix. Il y a ceux qui votent par intérêt : le clientélisme ne fonctionne pas que sur des passe-droits mais naît de requêtes, ne l'oublions pas, même s'il devient chez certains un mode de gestion de l'électorat. Il y a ceux qui votent par fanatisme : l'exclusion des autres camps leur sert de crédo. Il y a enfin ceux qui s'en foutent : ils ont sûrement leurs raisons de rester sceptiques face au manque de crédibilité de certains discours mais ne leur reprochent-ils pas leur démission-même ? Un homme politique est aussi le fruit de ses électeurs, pas seulement celui d'un parti, même si notre système favorise les fonctionnements de partis face au choix personnel. J'ignore où tu placerais les utopistes : je dirais, pour ma part, que rêver d'un meilleur avenir peut se concevoir avec une vigilance face au présent et que nous nous plaçons ainsi dans une logique d'action, qui ne se cantonne pas à des effets de discours.
Ce sont donc des façons de réagir qui sont encore plus en cause que les manipulations : l'esprit critique... Mais c'est encore une affaire d'éducation, comme le dit tout le monde, y compris ceux qui se complaisent à manipuler leur monde ;)
Quant aux baleines, puissent-elles couler tous les fichus baleiniers viandards qui les pourchassent : sauvez Moby Dick ! ;)

NB : pas de problème. je pense que nous sommes bien d'accord sur le phénomène, même si les extrêmes sont les meilleurs exemples de l'absurde. Au fond, ne sommes-nous pas dans une époque qui favorise la communication de l'extrême ? Voir les ouvrages de Marc Ferro à ce sujet...

Cher Armand,
C'est exactement le paradoxe dont parlait cet article : on essaie de démontrer a posteriori ce qui est censé s'imposer a priori. D'ailleurs, le "code biblique" ne se fonde même pas sur les simples prérequis de la critique historique, que les exégètes eux-mêmes rappellent à leurs étudiants : il oublie allègrement la simple critique historique qui permettrait de rappeler que le texte est loin d'être stable ... J'irai voir le lien que tu me proposes ce soir : peut-être que je trouverai enfin la probabilité de découvrir la révélation de ma liste de courses de samedi dans Moby Dick. Mot à mot, ça doit pouvoir se faire ;)))

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 26/05/2005

.... Pour la philo, je suis en phase avec ton propos...Pour les baleines, préviens moi le jour où tu montes une expédition "virtuelle" avec ton Nautilus, sous-marin chasseur de baleiniers, je te servirai avec loyauté dans la salle des torpilles pour envoyer par le fond quelques navires battant pavillons japonais et islandais...

Écrit par : promethee | 26/05/2005

Cher Prométhée, Le voyage risque de coûter cher : j'ai une autre solution. Je vais m'offrir un superbe maillot de compétition noir et blanc et j'essaierai de piéger les baleiniers qui passeront au large de la Côte et qui voudront sauver Willy ;) N'empêche, j'envoie ta solution à Greenpeace ;)
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 26/05/2005

Singe Cher Ubu,
j'espère que tu trouveras à temps un singe dactylo.
Sinon, je te propose de dresser le cloporte de ton post précédent: il est doué car il écrit des mots et phrases incohérents!
Amitiés.

Écrit par : Armand | 26/05/2005

.... "Je vais m'offrir un superbe maillot de compétition noir et blanc et j'essaierai de piéger les baleiniers qui passeront au large de la Côte et qui voudront sauver Willy"

:))))))))))))))))))))))))))

Écrit par : promethee | 26/05/2005

Et le code parlementaire, ce n'est pas mal non plus. Petit aperçu :
pour le néophyte : l'élu est le représentant du peuple, me semble-t-il, mais pour l'initié au code parlementaire, cela signifie ceci "Les députés sont parfaitement conscients du fait qu’ils ne sont pas élus par hasard. Ils le sont parce qu’ils sont membres d’un parti déterminé et sur base d’un programme. Et lorsque le parti appartient à la majorité, l’accord de gouvernement est la base du travail du groupe. Le cadre de notre action est donc bien clair.»
Avec bien entendu quelques nuances citées précédement dans le texte "Mais il peut arriver qu’un député reste attaché à une opinion tranchée sur un sujet déterminé parce que celui-ci suscite dans SA REGION l’une ou l’autre difficulté, ou qu’en raison de la PROFESSION QU'IL EXERCE, il lui apparaît difficile de soutenir le texte. Ce parlementaire pourra s’abstenir lors du vote. Par l’abstention, le député manifeste ses réserves, pour l’une ou l’autre raison, avec le texte proposé." (Textes issus du Magazine - de la Chambre - n° 5, oct-nov-déc2004 - janv2005 p.5 consultables sur le site internet de la chambre - www.lachambre.be)

Écrit par : deborah | 26/05/2005

"es" en les Une petite question mon prof préféré.
Dans "docteur es jazz" où dois-je placer le s?
Amitiés

Écrit par : duke | 27/05/2005

Chaleur chaleur ;) Cher Prométhée,
Ils m'ont trouvé un rien agressif : en plus, ils ne parlaient même pas néerlandais, ces pauvres baleiniers ;)

Chère Deborah,
Je comprends que l'on ponde des lois à tire-larigot : c'est par crainte de lire les précédentes ;))

CHer Duke,
A priori, jazz reste inchangé, comme tous les mots se terminant par Z : comme c'est un anglicisme ancien, ça doit marcher, d'autant que la réforme orthographique des années 90 a entériné l'accord français des mots d'origine étrangère. Tu dois donc te faire docteur ès jazz et swing : plus de problème ! ;)))

A bientôt.

Écrit par : Ubu | 28/05/2005

Moi je dis que ... ... le hasard fait bien les choses !!!

Écrit par : Mateusz | 28/05/2005

un détour qui vaut la peine... le Psaume 22 c'est court, lis-le en entier (ex: verset 17: "ils ont percé mes mains et mes pieds...")
On attribue ce Psaume au Roi David; il décrit la scène de mort de Jésus de manière troublante avec 10 ou 11 siècles d'avance.
Bon W-E

Écrit par : Tony | 28/05/2005

Bonjour, sous le soleil exactement, comme tout le monde ! ;) Cher Mateusz,
Parfois, le hasard fait bien les choses : il joue ! ;)

Cher Tony,
Gare à la préscience des textes, surtout quand leurs origines prêtent à caution. Par ailleurs, la crucifixion ne se passait pas vraiment de la manière dont elle était relatée dans la Bible : la croix était en T et le supplicié mourait d'asphyxie, parce qu'il était attaché de manière à ne plus pouvoir prendre son inspiration. Souvenir de mes anciens cours de religion(voir lien ci-dessous) : il m'arrivait d'écouter mon prof quand il faisait de la critique historique mais nous n'arrivions pas aux mêmes conclusions ;)) Bon ouiquainde également ;)

A bientôt ;)

Écrit par : Ubu | 28/05/2005

Les commentaires sont fermés.