09/08/2005

La conjuration des imbéciles 1

Pascal Sevran est-il un con ? L'idole de la ménagère couperosée, dont les cinquante ans sont un lointain souvenir, le fana du bal du maire de Bergère-les-Gonesses, l'amoureux des acordéons torturés n'officiait, jusqu'à peu, que sur ses émissions respectives qui permettaient de constater l'ardeur du chant essouflé dans les hospices et les rides qui flagellent les vedettes d'hier, qui défendent leur retraite d'aujourd'hui. Au fond, il en faut pour tous les goûts : mais j'avoue que l'alternative de me taper les chanteuses à voir, tout son coupé (Britney, Christina, Lorie...) ou de savourer les exhalaisons anthumes de Dany Brillant (oxymoron évident de son talent) sur les accords mourants d'une Yvette Horner, tous claviers dehors, sous les encouragements de la divette de la Chance aux chansons (autre oxymoron, d'ailleurs) me fait douter de l'existence d'un quelconque dieu auquel je ne croyais de toutes façons pas. Pendant longtemps, j'ai cru que les feulements de Johnny Halliday, dus à une remontée de braguette peu attentive, ou les roucoulades de Tino Rossi, corsitude étriquée oblige, me tiendraient lieu d'ultime torture. Mais non.
 
Pascal Sevran, non content de hanter les plateaux comme une poussière que même Plizz n'a pu déplacer, se pose en moraliste. Il écrit un journal dont il nous réserve les meilleures réflexions au gré des interviews que des journalistes sadiques nous infligent parfois. Pascal Sevran se prend pour Léautaud : il fit bien  -ce qui n'est qu'une manière de parler- un ouvrage à la manière de Perec. Faute de talent, il utilisait la manière. Maintenant, faute d'idées, il ressasse ses convictions ici et là avec, je l'imagine du moins parce que la radio favorise peu ce genre de geste, des hochements expressifs qui lui remue le bas cervelet jusqu'à l'expulsion des ses bribes d'idées.
 
Pascal Sevran a des idées sur tout : il a surtout des idées (merci Coluche !). Ce n'est même pas la nature de ses opinions qui peut déranger : elles sont d'une insignifiance prudhommesque et témoignent d'un conservatisme lourdingue hâtivement fardé d'un plâtras stylistique, pour faire joli. Pascal Sevran, comme le Homais de Flaubert, sait tout sur tout : il feint d'expliquer ses choix, ses coups de tête, ses caprices de divettes. Pascal Sevran est un grand penseur de la modernité : il se prend pour un contestataire audacieux sous prétexte qu'il verse dans le mirage de ses envies, de ses artifices. Pascal Sevran a au moins réussi quelque chose : il nous fait presque regretter Guy Lux.
 
Pascal Sevran est-il un con ? Je m'en voudrais d'apporter une quelconque réponse à cette question : laissons-le s'exprimer encore et encore, jusqu'à ce que lui-même ait trouvé la seule réponse qui convienne.

08:05 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Naïveté et cynisme. Cher Ubu,
Les émissions de variété ne m'ont jamais intéressées...
Il n'y a pas que Sevran qui ait des "idées": j'ai appris (mais ne me demande pas de noms car je ne les connais pas, ne suivant pas ces choses de près) qu'une chanteuse révolutionnait la médecine par des bains de siège, qu'un chanteur battait sa femme à mort après gueulante sur l'amour sincère, que d'autres parlent de solidarité sauf quand il s'agit de planquer leur fric dans des paradis fiscaux...
LA CHANSON (ET LES ARTS) SONT DES BUSINESSES COMME LES AUTRES, mais leurs promoteurs font comme s'ils avaient des idées solidaires, pour se faire aimer des dames aux mains rougies par le contact avec l'Eau de Javel... J'apprécié ces gentilles dames trop naïves qui se rendent utiles, je n'apprécie pas les "artistes" qui s'enrichissent à leurs crochets.
Amitiés.

Écrit par : Armand | 09/08/2005

Cher Armand, Ce n'est qu'un début, ne t'inquiète pas ;) Pour le reste, je souscris à ton avis : je pense d'ailleurs que le Live Aid a été beaucoup plus critiqué que dans les années 80, lors des opérations similaires. Je pense pourtant que certains artistes ont eu le courage de leur engagement et même de leurs contradictions, des gens comme Brassens par exemple. Mais lui préférait chanter et donner un coup de main à ses copains plutôt que de donner des leçons à tout le monde. Mais à part lui, et quelques autres sans doute, combien de contestataires de pacotille dans le show-business ?
Amitiés ;)

Écrit par : Ubu | 09/08/2005

sevran navrant mais qui l'ecoute ? les bobones preferent danser la camaniole avec Yvette Ornaire plustot que d'ecouter ses cretineries homo . on appel ca le bon sens populaire .
bonne journee

Écrit par : ZELDA | 09/08/2005

made in paris typiquement *panaméen* de ramener sa gueule sur tout et rien et d'avoir raison en tout MAIS surtout en rien pour finir et faire court... hum, je vais comparer le prodigieux Sevran à un athlète pas trop mauvais dans sa catégorie qu'est le lancer de nain et qui voudrait s'essayer au lancer de marteau ! S'agit pas du même sport, ont est bien d'accord n'est ce pas ..
Le lancer du nain faut un bout de technique c'est sure, mais dans le fond, pour être sure de lancer loin faut s'assurer de lancer *léger* :-)

Le lancer de marteau est un sport noble, un geste antique.. faut être souple et précis.. costaud et explosif.. maitriser le lancer de marteau.. des années de travail !!! Soyons sérieux, Ce Pascal n'est pas de ces hommes là !
est-il con ? ...............

Msg insensé => Mort à la RTF et aux suceurs de cerveau - et à coca cola et à.. enfin (...)

Écrit par : dôm | 09/08/2005

Merci aux pas sages ;) Chère Zelda,
Appremment, ses livres se vendent toujours puisqu'un éditeur est assez fou pour le publier : ça fait tout de mêm cher pour caler l'armoire, non ?

Écrit par : Ubu | 10/08/2005

Merci aux pas sages 2 Cher Dôm,
Je suis en train d'imaginer Sevran projetant Yvette Horner (et son accordéon) à travers le plateau : un nouveau "concept" d'émission ? ;)
A bientôt.

Écrit par : Ubu | 10/08/2005

Pire Pascal Sevran n'a même pas l'excuse d'être un Homais, il n'est pas ni marié ni pharmacien.

Écrit par : Brice Depasse | 11/08/2005

CON CEPT DÉMASQUÉ !!!

Écrit par : DÔM | 11/08/2005

Les commentaires sont fermés.