08/01/2006

Insulaire libre

Un jugement récent du conseil d'Etat français me laisse pantois : il refuse d'entériner une loi en mettant en avant son caractère incompréhensible pour le citoyen lambda, le simple quidam qui n'est pas censé ignorer la loi, bref vous ou moi, si nous étions français... Bien plus, le conseil d'Etat prend appui sur un des articles de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, ce vieux texte qu'on semblait avoir oublié depuis quelques années. Révolutionnaire, non ?
 
"Force reste à la loi"  nous serinent les caciques officiels : les ministres de la justesse, les premiers flics "nettoyeurs" nostalgiques du Justicier dans la ville, ou même les lobbies de l'industrie musicale qui, diantre, parviennent à contrer un vote tout à fait légal du Parlement français qui amendait à tours de bras les petites lois de son ministre de l'inculture. "La loi est belle" se dit le citoyen au-dessus de tout soupçon. Jusqu'au jour où...
 
En principe, une loi ne fonctionne que si le citoyen y adhère et compte, en gros, la respecter, ne fût-ce que pour préserver sa tranquilité et parce que, au fond, il n'est pas mauvais bougre, le citoyen. La preuve ? Il écoute encore les promesses électorales... Et d'ailleurs, s'il fallait juger une civilisation au nombre de ses lois, nous aurions atteint un sommet, tant les lois se multiplient  : loi de groupe, loi de masse, loi contre ou pour, loi sur l'histoire. L'homme politique moderne semble avoir une prédilection pour le jeu des lois : alors jouons...
  • Loi contre le terrorisme : c'est pratiquement une appellation contrôlée. De nos jours, toute loi renforçant le contrôle du citoyen s'appuie sur la luttre contre le grand banditisme politique. Bref, c'est la loi des bons contre les méchants. Seul problème : beaucoup de méchants n'ont rien de terroristes et réclament simplement le droit à des libertés fondamentales qu'ils estimaient garanties... Quant aux terroristes, eux s'en foutent : on a vu à Londres comme aux USA à quel point ceux-ci pouvaient faire semblant d'être des citoyens modèles, jusqu'à se confondre dans la masse...  Et on a vu aussi combien ces lois bafouaient des principes fondamentaux, comme le droit à l'information ou à la présomption d'innocence lors de perquisitions chez des journalistes ou encore lors d'arrestations "préventives" (on n'oserait les appeler des raffles !)
  • Loi de protection des minorités :  souvent nécessaires, elles révèlent également les limites de l'action politique, qui découpe la société en catégories... Les lois contre la xénophobie ou l'homophobie sont indispensables, puisqu'une démocratie ne se soucie pas, normalement, que de sa seule majorité électorale. Et pourtant, quand des élus (cf. la loi sur la construction de logements sociaux en France) violent la loi, quand des institutions officielles, comme l'Office des étrangers (ah, les Zaïrois de Zaventem, ou cette journaliste de Mongolie) s'en soucient comme de leur première chemise, qui peut encore croire à la crédibilité de ces lois ?
  • Loi et histoire : le souci historique est à géométrie variable. Le législateur estime, à raison, agir sur les mentalités. Et puis, les réalités électorales le rappellent à l'oraison des génocides qui doivent encore se taire ou des colonisations aux apports "positifs". Si une loi qui reconnaît la souffrance de victimes, même au passé, se veut une leçon de courage et une affirmation sans équivoque, que dire de ces atermoiements autour de l'histoire officielle ? Simplement, j'espère que les historiens indépendants poursuivent leur oeuvre et que toutes les histoires marginales nous rappellent l'essentiel...
  • Loi du plus fort : version modernisée du "Oui, notre bon maître !", elle se revêt des oripeaux du parlementarisme pour faire passer en force les fameuses lois douloureuses "mais nécessaires". Ainsi, il y eut un plan global, dans le temps, un contrat pour l'école ou un pacte intergénérationnel (tiens, il y a eu une guerre ?). Ainsi, on voit des émissaires du  Seigneur Medef apporter leurs propres versions des chartes à adopter qu'ils transmettent à leurs élus-relais. Ainsi, les groupes de pression assurent leurs intérêts, en négociant avec le gouvernement, s'il le faut. A ce sujet, la récente loi sur les droits numériques, qui doit être rediscutée en France,ou les campagnes qui officialisent Windows chez nous sont de jolis exemples : plus besoin de siffler l'autorité, elle vient toute seule, pantoufles en gueule...  En même temps, ces mêmes grandes entreprises se donneront les moyens de contourner les lois qui leur déplaisent, puisque seul celui qui connaît la loi à fond peut se permettre de l'ignorer...

Tant de souci de ma petite vie chez mes chers élus me donne le tournis : dans mes rêves, je distingue une nuée de politiciens qui veillent sur mon sommeil comme des fées. Et bien, les fées ont de sales têtes, ces temps-ci... Je me demande si je ne vais pas essayer d'échapper à tant de sollicitude dans une île déserte, s'il en reste encore une, une belle île où ne subsiteraient que quelques balises caressées par le vent... Enfin, si la loi autorise encore les ermites incapables de nager à sombrer en Arcadie... 


08:36 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Commentaires

tu ne tiendrais pas longtemps dans un paradis bleu...à quoi te servirait ta rhétorique sur une île? à enchanter les oursins?
Beau Dimanche, m'sieur UbU.
Et le fantôme qui te poursuit, c'est peut-être l'esprit d'Eloi...;-)

Écrit par : FuN | 08/01/2006

Eau à ton moulin... Cher Ubu,
Il y a un gros défaut de nos politiciens (de tous nos politiciens) que tu n'as pas stigmatisé: je l'appellerai "immaturité" (pour être gentil, car le vrai mot serait "inconséquence").
Quand quelque chose ne va pas, ou qu'une décision impopulaire doit être prise (par exemple faire preuve d'orthodoxie budgétaire ou d'un minimum d'écologie vis à vis de la pollution des eaux de surface), il est de bon ton de dire haut et fort "qu'on voudrait bien prendre la mesure (il s'agit souvent de dépenses corporatistes ou nationalistes), mais que c'est la faute à l'Europe"!
Mais ces mêmes politiciens s'étonnent ensuite que les citoyens rejettent des propositions européennes (constitution, harmonisations des lois...).
Amitiés.

Écrit par : Armand | 08/01/2006

Trop de remède est un poison. On a ce qu'on a demandé.
Les voeux des Belges sont exhaussés.
Où est le problème?
Comptes-tu rejoindre le clan des grincheux?
Bon dimanche, Ubu.

Écrit par : 1789 | 08/01/2006

Et en plus du reste, il y a l'hypocrisie : refuser d'entériner une loi sous prétexte qu'elle est incompréhensible pour le commun des mortels équivaudrait à jeter au feu tous les livres de lois qui existent au monde... ou presque...
Alors, il n'est peut-être pas nécessaire de jouer les ermites... les boules quies sélectives, ça existe aussi, non ?
Je te souhaite une excellente journée.

Écrit par : Béa | 08/01/2006

Question(s)… Le nombre de lois ne serait-il pas inversement proportionnel à la moyenne de l’ « intelligence » de la population ?? Dans « intelligence » je mets tous ce qui ferait que le comportement de chacun soit le plus souvent possible guidé par des préoccupations personnelles ET générales !... Et aussi, peut-être surtout, ce qui permet un degré d’empathie suffisant pour parvenir à une certaine compréhension de l’autre…
(… mais je commence peut-être à m’égarer là… ?)

Dès lors, ne te fait pas ermite car on a besoin de bon professeur qui nous rendent un peu plus « intelligent » ! (et ça nous mènerait vers l’ère « mites » où tous serait vraiment pourri…)
Et si trop de soucis devaient s’accumuler au-dessus de toi, te plongeant dans une nuit amère*… et bien dis-toi que tu as de la chance, car il y a les beaux luminaires de ta cousine qui peuvent toujours te sortir du noir ;o))

Bon, maintenant je dis ça mais je suis loin d’être un citoyen actif et responsable…
J’ai entrepris un voyage dans mes îles imaginaires, au pays des mots et des images… un voyage « inutile » qui n’est peut-être pas nécessaire à ma survie, mais bien en tout cas à un minimum de "bonheur" syndicale (de mon Beau Bateau !…. Ho mon Vaisseauauauaua hoooo… sans gain ! :o°
Alors il y a peut-être un tout petit peu d’espoir car le voyage forme la jeunesse et je crois sincèrement que l’on peut rajeunir tout en vieillissant… Et comme la jeunesse ne se laisse pas faire, hein ! (tu en sais quelque chose je crois ?)

Bon, je vais arrêter mon épanchement… c’est souvent comme ça un timide, ça ferme sa gueule mais quand il l’ouvre, on ne sais plus l’arrêter…

Allez,… pour le courage : une petite POMME d’happy ;o) pour croquer un peu de bonheur sucré dans ce monde cents lois ni foi (en soi !...)

* !! ne pas confondre nuit amère et Nuit à Mers, elles sont à l’opposée l’une de l’autre !

Écrit par : Mystère K(apitaine des Îles Lettrées) | 08/01/2006

loie loi lois suis larguee sauf au jeu de l'oie ou je suis tres bonne quand je triche .
bisous ubu

Écrit par : zelda | 08/01/2006

Wet is zwet ! Plus rien n'est droit fieu !

Écrit par : xian | 09/01/2006

Tourrrrrnis coti tourrrrniquotas.
Le monde est un manège enchanté.
Tu veux une baguette magique?
Concentres-toi pour attraper la floche!

Écrit par : Epiqure | 09/01/2006

Bonsoir à tous ;)) Chère Fun,
Tu as raison, le paradis bleu deviendrait vite emmerdant ;) Par contre, l'idée de chanter ma sérénade aux oursins me tente plutôt :)))

Cher Armand,
Ce que tu mets en avant est assez juste mais nos politiciens devraient-ils alors avouer ou leur incompétence ou leur incapacité ? L'incompétence ne serait rien et pourrait s'excuser ; l'incapacité ficherait la démocratie en l'air... Et l'éloignement de la structure politique, comme c'est le cas pour l'Europe, transformerait le rêve lointain en chimère...

CHer 1789,
Pas grincheux, juste râleur ;)) Mais je défendrai encore l'idée politique même si je désire rester vigilant : tous les élus, même ceux pour qui je n'ai pas voté, me doivent des comptes. Sinon, décervelage, palsambleu :)))

Chère Béa,
Même remarque qu'à Armand : l'hypocrisie naît-elle d'une incompétence que l'on cache ou d'une incapacité que l'on n'ose avouer ? Quant aux boules quiès, elles étaient toutes sur le sapin ;)

Cher Mystère K,
La lumière est allumée ;)) Mais gare à l'intelligence : on juge toujours en disposer suffisamment puisque c'est avec elle que nous en jugeons ;)) C'est pour cela que je ne rends pas intelligent : j'aide des étudiants à disposer de leur intelligence, à prendre le temps de l'utiliser... Prendre le temps : une croisière au long cours ;)) Après, ils choisiront leur Titanic ou leur Bateau Ivre, ou peut-être leur Radeau ou leur Pirogue : personnellement, je choisis le Titanic sir Céline Dion ne chante pas :))) Au moins, le naufrage se fera en musique ;)

CHère Zelda,
Alors tu lutines les lois et l'oie ? Ollala ! ;)))

Cher Xian,
Mais la courbe n'est-elle pas le plus joli chemin entre deux points ? ;)))

Chère Epiqure,
"Moi ma vie c'est un manège
Toutes choses partent, vont et reviennent ..." ;)))

Amitiés.

Écrit par : Ubu | 10/01/2006

Bien le bonjour... ... Ubu ou Maugus, le retour...

Écrit par : Maugus | 12/01/2006

Ouf Ah ben, tu vois, Mickey, pas de bug sur les blogs ;-)) A demain pour une soirée bleue

Écrit par : Paul | 13/01/2006

Tony was here bon w-e

Écrit par : 1789 | 14/01/2006

Bon ouiquainde ;))) CHer Maugus,
Très heureux de ton retour : en plus, j'ai pu constater que tu avais conservé toute ta sérénité. Je porte un toast au bonheur de te lire à nouveau ;))

CHer Paul,
Est-ce que les soirées à la note bleue se fument encore ? ;)) Je prépare mon artillerie ;))

Cher Tony,
Tu étais là mais j'étais ailleurs : nous finirons bien par nous recroiser ;))

A bientôt

Écrit par : Ubu | 14/01/2006

Les commentaires sont fermés.