19/01/2006

L'école, lieu privé ?

Somptueuse idée de ma ministre à moi, Sainte Marie de l'Amer : démarcher le secteur privé pour financer les bâtiments scolaires. Somptueuse idée qui succède, à un an près, à sa circulaire très équivoque sur les matériaux didactiques provenant de firmes commerciales. En gros, ma ministre compte obtenir un tiers du refinancement des bâtiments, que l'on rénoverait ou construirait, de firmes qui assureraient un prêt désintéressé, le temps que la Communauté française rembourse. Et dans 27 ans, sans doute le 27 septembre, les bâtiments seraient à nouveau à la collectivité.

 

Et en attendant ? D'après ma ministre à moi, il serait exclu que les firmes prêteuses aient quelque droit d'ingérence que ce soit sur la gestion budgétaire ou administrative des écoles : bien entendu !  Tout comme il fallait une circulaire, il y a un an, pour décider de déroger à la loi qui interdit toute publicité commerciale dans le cadre des écoles publiques... Restent à trouver les généreux mécènes qui assureront à la fois le prêt et la discrétion pour un taux de remboursement qui semble bien alléchant... C'est sans doute ce que l'on entend par l'investissement des entreprises dans l'école...

 

De nombreuses écoles publiques connaissent des situations d'insalubrité : la disparition d'une partie du partimoine immobilier de la Communauté française, revendu lors du dernier refinancement interne en 1996, n'y est pas pour rien, puisqu'il a autant profité à l'enseignement privé confessionnel, qui n'y a pas contribué, qu'au réseau officiel, le seul à se sacrifier... Le calcul du personnel d'entretien, lié au nombre d'élèves et non à la qualité des bâtiments, le désamiantage ou les cas de mérule ont ajouté leurs touches à ces bâtiments lézardés, parfois en dehors des normes de sécurité minimale. Je me suis parfois demandé comment les catastrophes majeures avaient pu être évitées depuis aussi longtemps, sachant que beaucoup d'ateliers ne sont pas aux normes de sécurité minimale, que de nombreuses machines sont dangereuses (et parfois reléguées par les professeurs d'atelier, d'ailleurs !), que de nombreuses sorties de secours sont fermées pour éviter aux élèves de prendre la clé des champs ... Et tout cela avec un fonds des bâtiments scolaires aux abonnés absents : il ne disposait que de quoi financer quelques urgences et ses dettes passées...

 

Veux-tu une solution, ma ministre à moi ? Je te la propose gratuitement : ne financer que les écoles publiques, pour changer un peu... Ce qui permettrait sans doute de faire un travail de fond (ou de fonds, c'est selon) et de virer l'argent dépensé pour de fumeuses ASBL qui prodiguent des formations douteuses (encore deux jours à me taper, la semaine prochaine, pour une formation que je n'ai pas choisie, une fois de plus !), pour des écoles privées (l'évêché est occupé ? ) ou pour ces centres divers où les entreprises recrutent en séconomisant les formations qu'elles devraient dispenser à leur personnel, si elles assumaient leurs responsabilités comme auparavant. Tu pourrais même, soyons fous, dégraisser ton cabinet de tous ces chargés de mission qui ont fui leurs classes et qui émrargent toujours au buget de l'enseignement alors qu'ils ont choisi la politique depuis longtemps. Mais une élection, cela se perd parfois, n'est-ce pas ?

 

Ou alors, sponsorisons les webcams installées dans les classes difficiles : cela devrait attirer l'attention d'une chaîne mal avisée, de parents inquisiteurs ou de voyeurs ordinaires... Oui, pourquoi pas ? Imaginons un môme : filmé dans sa crèche, ensuite dans son école, il deviendrait le candidat idéal pour la télé-réalité... Et l'intimité ? Pas rentable : comme vous le dira le moindre formateur en management (étrange d'ailleurs, cette similitude des recettes pour être compétitif : encore un truc qui m'échappe ?), il faut savoir se vendre.

 

C'est bien joli, ma ministre à moi, de promettre à l'encan : des chèques-langues alors que les écoles manquent de profs de néerlandais et d'anglais, des travaux alors que le plafond s'émiette dans certaines classes, des aides alors que le chauffage quotidien devra bientôt être assuré par des poêles à bois, chaque élève apportant sa bûche à l'instit... C'est bien joli de nous concocter un monde à la sauce dix-neuvième pour ensuite se présenter comme une sorte de sauveur providentiel. Il paraît que tu as suivi des études d'économie sociale, ma ministre à moi : j'avoue que l'économie m'emmerde et que je n'y connais pas grand-chose mais pour le social, j'ai vraiment l'impression que tu ne t'es jamais souciée de savoir à quoi cela pouvait bien ressembler...

 

Liens

L'article sur les bâtiments scolaires

http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=90&am...

 

Une réponse à la circulaire sur le matériel didactique commercial

http://indymedia.all2all.org/news/2005/01/92524.php

00:06 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (28) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Ubucasa Je suis venue te lire, ai entendu ta colère...

Écrit par : Nortine | 19/01/2006

mais Ubu, depuis quand les ministres se soucieraient-ils sincèrement du social, si ce n'est lors des programmes fumeux qui précèdent une élection par exemple, et qu'on s'empresse de réviser à la baisse sous des prétextes tout aussi fumeux dès que l'orage est passé?

Écrit par : FuN | 19/01/2006

... Si tu permets une remarque, autant des propositions du paragraphe sur les formations organisées uniquement pour les entreprises ou ke financement uniquement des écoles publiques sont pertinentes, autant le chapitre suivant (sur les webcams) déforce ton propos en injectant de l'humour qui peut laisser à penser que tu n'es pas sérieux non plus au chapitre précédent (si tu me suis). Pour le reste, se vendre ainsi au privé est en effet une idée stupide, mais hélas dans l'air du temps. Mais dans ce cas, ne faut-il pas, comme je le pense, figer davanatge l'opposition gauche droite et ce n'est qu'ainsi qu'on peut espérer que nos amis socialistes finiront bien par mener une politique véritablement de gauche. Or pour l'instant, comme tout est "dans la nuance", c'est avec "nuance" que nous nous faisons sodomiser... :) ou plutôt :(

Écrit par : aldagor | 19/01/2006

Ubu, sérieux ! Cet aldagor va en mourir, diable donc l'homme qui prend les choses avec humour manque de sérieux, vive l'humour et aurevoir les "sérieux" ...

bien que...

cher ami, il m'étonne de tant de colère enfouie, une rancoeur d'avoir accepté un bon d'achat de 20% chez Ikéa ?

ou de découvrir que décidément dans notre pays les socialistes sont vachement plus performant que les capitalistes ...

Écrit par : xian | 19/01/2006

Systéme irréparable. Tout est à recommencer! tu sais bien, Ubu, que le collectivisme ne marche pas et n'a jamais marché nulle part. D'ailleurs, il n'est pas fait pour marcher.
Pas que je veuille défendre la Marie, mais ces situations sont ingérables. Les pauvres petites créatures politiques qui pour l'amour de leur carrière essayent de gagner du temps, doivent se taper la tête au mur pour rester en place, empocher le plus de POGNON possible pour enfin passer le relais à un cama qui fera de même... et en attendant... c'est Bon pour qui c’est©™

Écrit par : 1789 | 19/01/2006

clairvoyance et sens critique... J'ai dégusté ce billet...le terme est faible, je l'ai dévoré à pleines dents... :))

Écrit par : promethee | 19/01/2006

à promethée "Du petit lait"! Tu m'étonnes! Mais peut-être ne l'as-tu pas compris? Je crois qu'en l'occurence, Ubu, notamment, se plaint que les socialistes ne pratiquent plus, et depuis longtemps, une politique de gauche et que, pour s'en sortir, ils vont se prostituer avec le privé. Si on lit entre les lignes, ce qu'Ubu craint, c'est un enseignement à l'américaine avec des séances d'éducation par télévision entrecoupée de pubs pour coca cola. En d'autres termes, ce qu'il refuse, c'est le genre de monde que la vision trop libérale du monde, que tu défends ailleurs qu'ici, risque d'entraîner... Mais peut-être suis-je trop bête pour comprendre tout cela! Instruis-nous.

Écrit par : aldagor | 19/01/2006

Mauvaises volontés. Cher Ubu,
Grâce à ses nombreux réseaux, l'enseignement francophone de Belgique est un des plus onéreux du Monde.
Entre l'enseignement catholique et celui de l'Etat, il n'y a pas tellement de différences:
Cours de religion, existence de Galilée dans le cours d'histoire, dessein intelligent en sciences, et un crucifix parfois accroché au tableau noir.
Des écoles mixtes avaient été proposées, mais refusées.
Ces quelques cours qui posent problème, ne pourraient-ils pas être des cours "neutres": un prof dont les convictions asexuées auraient été prouvées par un examen spécial étudierait les matières litigieuses en deux heures: Darwin et le dessein intelligent, Galilée et Saint Jean de la Croix, et le crucifix serait placé de telle façon que seule une moitié de la classe le verrait.
Toute tentative de récupération par un prof non "compétent" serait sanctionnée par un renvoi pour faute grave...
Amitiés.

Écrit par : Armand | 19/01/2006

.... Aldagor,
Au lieu de perdre ton temps à tenter de m'expliquer ce que j'ai décrypté lors de ma lecture, tu aurais peut-être du apprendre à arrêter d'affabuler sur autrui car la "privatisation" de l'enseignement ne m'intéresse que peu ou prou. Epargne moi donc une forme de pensée sur la pensée et toute forme de polémique stérile, tu serais bien urbain et tu as tes "amis habituels" pour cela...

Écrit par : promethee | 19/01/2006

Holala Sa majesté a été choquée!! Mon dieu, venant de quelqu'un qui s'amuse à me "chercher" sur les blogs ultralibéraux, ce genre de "poussée de fièvre" a le chic de m'amuser...
Ou alors, tu n'as rien à répliquer et donc, tu te drapes dans ta condescendance habituelle?...
A moins que tu ne sois suffisament naïf pour croire qu'on peut se contenter d'un peu de libéralisation et d'un soupçon de privatisation, là où sa majesté veut bien mais pas partout. Attention, il va encore nous sortir l'exemple des transports en commun de Singapoure!

Écrit par : aldagor | 19/01/2006

.... Et bien amuse toi tout seul... :)

Écrit par : promethee | 19/01/2006

... Oh tu sais, cela ne m'amuse pas de voir quelqu'un commenter ici et chez ALain Destexhe dans la même foulée. Ce flou politique ("il n'y a pas de clivage gauche droite") est la principale cause des maux actuels. Si on fixait les limites politiques des idéologies plus clairement, les socialistes oseraient une politique plus à gauche (et Ubu n'aurait pas à se plaindre qu'on vend les écoles au privé) et les libéraux feraient de même. Je préfère nettement un Tony qui ne cache pas ses convictions à une girouette qui penche là où pète l'instant.

Écrit par : aldagor | 19/01/2006

Quand tiendra-t-elle la distance? Ubu,
Vérité partielle n'est pas vérité ... La guerre des réseaux d'enseignement n'a pas de sens dans le propos de la mauvaise gestion étatique de l'Instruction. Si on en revient au Pacte scolaire, il y a encore bien des dettes que l'Etat doit aux Enseignements subventionnés (pas seulement au Catho!). Pour mémoire, par exemple, le calcul du nombre d'ouvrier de maintenance dans le Libre n'existe même pas. C'est sur fonds propres qu'il nous faut entretenir des bâtiments parfois ausi, voire plus, vétustes que ceux de la Communauté. Ce qui est bien plus affolant, c'est la démagogie de Marie qui joue sur des effets d'annonce pour laisser croire qu'elle tient la barre et qui, ensuite, ne tient pas la distance!

Écrit par : FC | 19/01/2006

Et bien la mer est houleuse ;)) Je reviens ce soir pour vous répondre à tous ! ;)
Reste cool, Serge : je pense qu'il est tout à fait possible de me lire en même temps que Destexhe : nous pratiquons tous les deux le genre comique mais moi je le sais ! ;)) Par contre, j'aimerais que tu évites les attaques personnelles contre Prométhée : il est toujours resté courtois et ouvert sur mon blog et lors de mes réponses sur le sien... Et je croyais que votre conflit était résolu : aurais-je raté un nouvel épisode ?
Donc, on respire et on voit la vie du bon côté : et en plus, on s'écoute, sinon on me donne son journal de classe (zut, c'est pas l'heure de la récré, là ? Je ne suis pas encore bien réveillé ;)))

A ce soir ;))

Écrit par : Ubu | 20/01/2006

à Ubu Quelques commentaires de Promethée lus à mon propos ailleurs (sans que je n'y ai posté quoi que ce soit : "Pas que je veuille capitaliser l'humour sur le fameux Zola chastrolais mais il me tarde de lire sa prose à ce sujet, je suis quasi persuadé qu'il nous concoctera une nouvelle recette du grand complot... " ou encore "altov!
Punaise...Aldagor va faire un infarctus" et tout cela, sans que je fasse vraiment attention. Il voulait en fait attirer mes remarques chez quelqu'un chez qui je ne commente plus.. Evidement qu'il est courtois ici, il sait qu'il n'est pas qu'entouré d'amis... Tu ne voudrais pas qu'on dise trop de mal de lui.

Écrit par : aldagor | 20/01/2006

... bravo Ubu !
j'adore ce billet !
;))

Écrit par : jlc | 20/01/2006

.... Aldagor,
Je n'ai pas pour habitude de nier mes propos mais je m'accorde la bonne grâce de faire parfois de l'humour de "bonne guerre" quand de ton côté, tu n'as de cesse depuis des mois et des mois de traîner les gens dans la boue, moi y compris. A ta différence abyssale et à ton sens aigu de la victimisation, je n'ai point besoin de faire de copier/coller, tes archives se suffisent...

Ubu,
Mon but premier n'est pas de polluer tes commentaires sur un débat qui ne concerne ni tes colonnes ni ton sujet de débat, aussi, je m'en tiendrais juste à la réponse supra au titre de la parenthèse.

Pour revenir au thème de discussion, il y a une chose qui m'échappe et dont j'ignore les tenants et aboutissants: cette proposition de financement concerne t-elle TOUS les établissements qui nécessitent travaux ou y a-t-il eu sélection et sur quelle base ?

Écrit par : promethee | 20/01/2006

à Dieu "Je fais de l'humour", "tu n'as de cesse...". Oh du calme, la qualité de l'humour dépend fortement de l'endroit où on le pratique. Et je te souhaite beaucoup de courage pour trouver et "copier-coller" la moindre remarque à ton encontre qui aurait pu susciter cette "marque d'humour" dont j'ai peine à déceler le moindre intérêt, si ce n'est l'envie habituelle de brocarder. En un mot comme en cent, sur ce coup-là, Monsieur, je suis blanc comme neige... Donc, tu t'abstiens de toute remarque à mon encontre chez les propagandistes de tout poil, et je te laisse faire le coq ou le paon où tu veux, si ça te chante...

Écrit par : aldagor | 20/01/2006

Le gamin et le provocateur. Cher Ubu,
Si tu savais ce que je pense de la querelle P. ret A. ;) ;) ;) ;) ;) ;) ;) ;);) ;) ;) ;) ;) ;) ;) ;);) ;) ;) ;) ;) ;) ;) ;);) ;) ;) ;) ;) ;) ;) ;);) ;) ;) ;) ;) ;) ;) ;);) ;) ;) ;) ;) ;) ;) ;);) ;) ;) ;) ;) ;) ;) ;);) ;) ;) ;) ;) ;) ;) ;)
Amitiés.

Écrit par : Armand | 20/01/2006

Excuse-moi de te le faire remarquer... Pourquoi t'écris si petit, Ube?
La raison, c'est quoi? Tu vends des lunettes après journée?

Écrit par : 1789 | 20/01/2006

Bonsoir ou à peu près ! ;))) Chère Nortine,
Ravi de te voir de retour ;)))

Chère Fun,
Ah, les promesses électorales ! Bientôt suivies du bilan de l'équipe précédente. Je peux comprendre les décisions pénibles, si au moins elles sont honnêtes et équilibrées... J'attends toujours...

CHer Serge,
Le premier paragraphe était de l'humour noir, le suivant de l'ironie : la même distance qu'entre la réalité de fait et la réalité de discours. Ces écoles, lézardées, j'y ai fonctionné et j'y fonctionnerai encore, quel que soit le parti au pouvoir, tout comme les 500.000 gosses de la scolarité obligatoire... Et les socialistes historiques comme les libéraux ou les catholiques ont tous laissé le désastre s'installer...

Cher Xian,
Je ne vais jamais chez Ikéa : pas de voiture. Je ne transporte mes meubles qu'à pied ;))) Quant aux performances des uns et des autres, no comment ;)))

Cher Tony,
Je ne suis pas sûr que le système soit irréparable : il est juste le moins mauvais pour l'instant. Tu ne voudrais tout de même pas que ton rêve devienne mon cauchemar ? ;))

Cher Prométhée,
Je te remercie : je sens qu'il va y avoir du rab ;))

CHer Serge,
Cool, zen et profonde respiration : je crois que Prométhée sait très bien lire et connait mes orientations. Mais les penchants n'empêchent pas la critique des dérives...

Cher Armand,
Mes classes sont déjà toutes petites et tu veux encore les diviser ? ;))) Non, plus sérieusement, je pourrais concevoir l'existence de deux réseaux : l'un public, avec le système actuel de cours philosophiques qui perdurerait et garantirait et la neutralité et le respect des convictions personnelles ; l'autre privé, non financé. E basta cosi... ;))

Fin de la première partie, je reviens à l'instant ;))

Écrit par : Ubu | 20/01/2006

De retour, comme promis ;)) Cher Serge, cher Prométhée,
Allez, les enfants, fin de la récré : on se range calmement ;))) Dissipée, la classe aujourd'hui...
Simplement, l'un et l'autre, vous valez mieux que vos querelles passées dont peu de blogueurs sont coutumiers.
Donc, "Pax hominibus" ou "Embrassons-nous Folleville " ? ;))

Cher FC,
Quelle dette peut avoir la collectivité à l'égard d'un enseignement privé ? ;) Ou alors, c'est du public déguisé, comme c'est le cas de beaucoup d'écoles libres ? Mais qui a voulu le maintenir en place ? Pas moi. Et le discours de l'adversaire a permis de camoufler les défauts des deux réseaux, sans compter le maintien des baronnies locales, politiques d'un côté, épiscopales ou paroissiales de l'autre... Résultat : dans les petites villes, les deux réseaux se font face avec, le plus souvent, une offre en fait identique et une impossibilité de collaborer... Encore une fois, l'enseignement officiel de la Communauté (moins clair pour le provincial et le communal) est tenu au respect de la neutralité : n'est-ce pas la seule solution raisonnable en pédagogie ? ;)

Cher JLC,
Je te remercie ;))

CHer Prométhée,
Pour info, si je lis bien, les écoles choisiraient sur base volontaire d'être financées par le privé, quel que soit le réseau dont elles dépendent... Imagine que Microsoft décide d'investir dans les travaux d'une école, crois-tu qu'elle s'équipera chez Apple ? ;)) D'ailleurs, aucune école n'est en Mac : il faudrait peut-être dire que la Communauté songe à changer de fournisseur ;))

Cher Armand,
En fait, je ne sais pas précisément ce que tu en penses...

Cher Tony,
J'ai un grand écran et je n'ose plus trop modifier la taille des caractères : cela m'a valu des blagues de mise en page... Et comme pour moi le HTML reste ésotérique ;)))

A bientôt, sous le soleil de minuit ;))

Écrit par : Ubu | 20/01/2006

à Ubu Pas de problème, mais zé le sang Tchaud :))

Écrit par : aldagor | 20/01/2006

je nome UBU ministre du panier de crabes . va zy choux t'as carte blanche

Écrit par : zelda ministredu monde et de la galaxie entiere | 21/01/2006

Omerta. Cher Ubu,
Je ne te le dirai pas, désolé!
Amitiés.

Écrit par : Armand | 21/01/2006

Toujours... bouffeur de curés ?
Sans rancune.
Amitiés.

Écrit par : rhadamanthe | 22/01/2006

Bonjour ;)) Cher Aldagor,
Par ce temps ? Tu veux faire des économies de chauffage ? ;))

Chère Zelda,
Et si je m'accrochais à mon brise-lame ? ;))

Cher Armand,
Je t'ai entendu ! ;))

Cher Rhadamanthe,
Leur chapelet de bêtise m'est resté en travers de la gorge : depuis, fort heureusement, j'en ai rencontré de plus honnêtes et même des sympas... Et à eux, je ne bouffe pas la soutane : simplement, ce sont des gens biens ;)) Mais d'autres, sinistres cons frustrés de toute vie, tartuffes ordinaires, me font le plaisir de ne plus porter soutane : c'est plus pratique pour viser leurs arrières et pour les propulser vers le silence des espaces infinis... ou le mur le plus proche... QUand je vois Mgr Léonard, je rêve d'un coup de pied de but ;))

Amitiés.

Écrit par : Ubu | 23/01/2006

La privatisation de l'enseignement... Deux auteurs l'avaient annoncée et analysée, dans "Tableau noir, la privatisation de l'enseignement", chez EPO... Par Gérad de Sélys et Nico Hirtt. Voici un lien vers les éditions EPO: http://www.epo.be/editions/titres.php?reeksid=100

Écrit par : Pivoine | 25/01/2006

Les commentaires sont fermés.