03/02/2006

Une petite caricature ?

 

- Presque l'affaire du nouveau siècle ; un vrai tremblement de terre !

- Quoi donc ?

- Oh, une douzaine de dessins.

 

Et mon interlocuteur de hocher ses quatre têtes, signe de perplexité du Plutonien qui décidément ne comprend rien à rien. Et moi de devoir lui expliquer les propos du journaliste qui se sent bafoué et se pose en martyr de sa quête de la vraie presse. Ah, ces médias...

 

Douze dessins produits par un "journal", une feuille de chou pas très catholique (Aïe : comment je l'explique à mon Plutonien, cette expression ?) a donc demandé à ses dessinateurs de représenter le prophète des musulmans. Et le problème surgit dans l'amalgame produit par ces dessins entre le principe d'une religion, qui interdit la représentations de ses grandes figures, et le principe de la liberté de la presse. Et surtout, il y a toutes ces généralités qui pèsent sur nombres de particuliers....

 

Qu'un journal prétende à la satire idiote (où à la propagande, vu le sérieux presque pompier des dessins) n'est pas légalement répréhensible, tout comme les propos marmonnés par un comique sinistre qui se pense drôle en proférant un "Heil Israël" pitoyable. C'est juste une sorte de concours d'imbécilité, pas vraiment malin et qui prouve simplement que la connerie malveillante existe. Rien de neuf sous le soleil : l'absence de talent se pare souvent dans les oripeaux d'une provocation mal rapiécée.

 

Mais, disais-je à mon interlocuteur plutonien, qui me fixait de ses huit yeux, dont deux clignotaient en cadence, le problème, c'est que la bêtise se crée son martyrologue à peu de frais... Ainsi, il y eut des artistes qui essayèrent de transgresser avec intelligence : Salman Rushdie et ses "Versets sataniques", Godard et son "Je vous salue Marie" (je pense que je vai emmener mon ami Plutonien voir un Godard : juste pour le plaisir de le voir clignoter) ou Scorcese avec sa "Dernière tentation"... Ils furent menacés : un traducteur du premier et un spectateur du troisième y laissèrent même leur peau. Les extrémistes n'aiment pas la subversion : le fait est donc connu... Certains y virent un créneau, un terreau pour leurs idées fumeuses, une occasion d'exister : ainsi du comique pas drôle déjà cité ou des journaleux ineptes présents. Et ici, il n'y a pas d'oeuvre à défendre ou de cause, ou de principe : juste la bêtise du martyr qui, de fait, tient un discours irresponsable et haineux... Qui rencontre un écho au-delà des extrémistes habituels : parce que la bêtise choque. Qui engendre des réactions démesurées : parce que les extrémistes de tous bords aiment manipuler leur monde.

 

- Bref, ici il n'est pas question d'information ou de censure ?  me dit mon Plutonien de son unique bouche dotée de la parole.

- Non, juste de bêtises dignes d'une cours de récré mais qui se parent de la dignité pour qu'on ne les regarde pas de trop près.

- Mais alors, pourquoi tant de haine ?

- Parce tout le monde aime cela : la haine est médiatique, photographique et télégénique. Elle fait vendre : les uns vendent leurs photos "choc", les autres lancent leurs discours incendiaires. Et, au fond, leur manque de crédibilité disparaît sous le tintamarre, sous l'oeil apitoyé de vrais journalistes, pas vraiment soucieux d'un corporatisme de bas-étage, ou de musulmans épris de démocratie.

- Et pourquoi ne concevez-vous pas cela comme de la satire ?

- Parce que cette histoire n'est même pas drôle, parce que ces dessins se veulent choquants alors qu'ils jouent sur le fonds douteux des petites haines ordinaires, parce que les Etats qui donnent de la voix se montrent beaucoup plus taciturnes lorsque l'on évoque leur manière de considérer les droits de leurs populations, qu'ils oppriment.  Parce que des journalistes s'estiment choqués par les menaces visant leurs confrères et oublient de s'interroger sur la déontologie de ceux-ci, parce que des croyants sincères s'estiment agressés sans se demander si des terroristes qui revendiquent des idées qui leur seraient communes ne seraient pas davantage injurieux que des dessins ineptes. Parce qu'il est demandé à chacun de se choisir un camp dans une guerre qui n'a pas lieu d'exister, parce que l'on oublie les journalistes morts en faisant leur métier, les menaces proférées contre une dame qui pouvait travailler avec son voile. Parce que les un prêchent la croisade et les autres le djihad, tandis que nous tous rêvons simplement de finir par nous connaître et nous entendre. Parce que chacun doit être libre d'exprimer ses opinions, s'il en assume la responsabilité, ou ses convictions, s'il admet que d'autres n'y adhèrent pas mais que le temps préfère les cris d'orfraie et les hurlements martiaux. Non, toute cette histoire n'est pas drôle.

- Et vous qu'en pensez-vous ?

- Je crains de ne pas avoir été objectif, vous m'en excuserez. En fait, tout comme Tristan Bernard: "Je ne hais que la haine" Et comme elle est le sentiment le plus facile à exacerber chez les simples quidams...

 

Mon ami me serra la main quatre fois (il connaît certains de nos usages) avant de s'en retourner vers sa charmante planète. Je crois qu'il doit à présent goûter le plaisir de sa campagne : si elle est un peu fraîche, on s'y prend même la tête pour des carabistouilles.

 

Forcément, avec quatre têtes...

17:53 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Commentaires

Si tu vas sur Mars, mets ta petite laine: il y fait fort froid. Cher Ubu,
Sur la photo, un des martiens fume un pétard. Je suppose que c'est lui qui est le plus loquace et a les idées les plus claires!
Amitiés.

Écrit par : Armand | 03/02/2006

Et merde Maintenant, je vais passer le WE à me demander de quel film il s'agit. Ca me dit (non dimanche) quelque chose, mais quoi? :))

Écrit par : aldagor | 03/02/2006

Polémique ? Non, merci ! Je ne vais pas entrer dans une stérile polémique sur un litige qui traîne depuis quatre mois dans les chancelleries mais qui, comme par hasard, sort ses effets à un moment favorable aux extrémistes de tout poil.
Se braquer sur la bêtise maladroite d'une caricature est hors sujet : ne confondons pas cause, conséquence et occasion.
Le respect exige la réciprocité (ex-recteur Riflet) ! Nos gouvernants perdent un temps fou à essayer d'assimiler une population... qui n'en veut pas, se croit en terrain conquis, se sert subtilement de nos institutions à leur profit !
Combien de fois n'ai-je entendu : "la France est à nous...Et l'Europe aussi."
Citez-moi une seule fois, rien qu'une, une désapprobation claire d'une partie de la poulation musulmane devant les excès d'un de ces fous de Dieu. Non ? Pourquoi ? C'est pourtant beaucoup plus important que cette atteinte caricaturale aux fondements d'une religion quelconque : il y en a eu et il y en aura d'autres. Logique : nous sommes en démocratie !
Si on s'arrête là, on passe à côté du problème parce que le terme "démocratie" gêne nos gentils islamistes (on a le droit de l'ouvrir ? Pas possible, ça !) et sa destruction est, dans leur esprit programmée.
On nous fait peur, on nous fait taire, on nous divise... Attendez la suite...
Pour moi, cela peut suffire ! Le cheval de Troie, je connais...

Écrit par : rhadamanthe | 03/02/2006

On arrive, on arrive ;) Mais avec cette histoire, je ne vais jamais arriver à répondre à mes délaissés du post précédent ;))

Cher Armand,
De Pluton, je te rappelle : en plus, il est tout seul ;)) La tête qui parle est au fond à droite ;))) Il faut s'y faire ;)

CHer Serge,
Je te le dis... lundi :))) Apparemment, pas sorti en DVD mais je l'ai revu à la télé l'été passé : je ne regarde la télé qu'en été ;)

CHer Rhadamanthe,
Je pense que nous ne sommes pas vraiment d'accord sur ce sujet ;) Pas grave ! Pour l'essentiel, il ne devrait plus y avoir de chez nous ou de chez eux : nous sommes tous chez nous... Mais il n'y eut pas, en Belgique, de politique d'intégration claire et la lutte contre la xénophobie (cf. le parcours chaotique de la loi Moureaux) fut longtemps une donnée mineure... Je vais d'ailleurs t'en donner un exemple : il y a six ans, année d'élections communales, nous avons organisé un débat avec les politiciens locaux... Et mes élèves m'ont tanné pour faire venir un représentant du FN. Je leur ai demandé pourquoi : "Parce que c'est le seul parti à parler de nous !" Si nos gouvernements perdent un temps fou, c'est qu'il essayent de récupérer de leur passivité, de colmater ce qui peut l'être avant que la barque ne touche le fond... Sur la désapprobation claire d'attentats, elle eut lieu après Madrid par exemple et beaucoup de mes élèves ne pensent plus que Ben Laden soit un Robin des bois moderne : simplement un tueur... Autre fait : beaucoup d'entre eux ont apprécié la représentation d'Allah Superstar, avec Touzani, et ont été ulcéré par le geste du crétin qui a lancé un clou sur scène... Ils n'apprécient donc pas non plus les "fous de Dieu" mais se demandent pourquoi on a seulement commencé à s'en occuper après le 11 septembre : et moi aussi, d'ailleurs ;))
Personnellement, je me fous de ce qui dérange les islamistes : je crois que tu sais où je voue les extrémistes. Mais une partie de la population belge est musulmane, c'est également un fait, et qu'elle n'apprécie pas est compréhensible... Et même si je ne suis pas d'accord pour que l'on remette la liberté de la presse en question, j'aurais apprécié que ce combat ne se fasse pas au profit d'une basse propagande qui met en application les mécanismes les plus grossiers en prétendant à la qualité éditoriale...
Maintenant, il reste vrai que lorsqu'un journaliste jordanien appelle à la raison et met en doute "l'atteinte à l'Islam" dans son journal, il se fait virer et le journal est suspendu (voir le dossier du Nouevel Obs). Par pour des raisons religieuses : parce que les pays qui hurlent au loup sont tout sauf des démocraties... Et c'est bien là aussi le problème, dans ses tenants et aboutissants...

Amitiés ;)

Écrit par : Ubu | 03/02/2006

Triste dérapage de caricaturistes! Ils ont oublié qu'une caricature est, comme tout autre article de presse, une forme d'expression qui doit réfléchir avant de publier au message à dire, au public ciblé et ... aux effets collatéraux qui peuvent survenir. Ca, ce serait une attitude journalistique réfléchie. On en est loin! Des élèves musulmans, dans mon école, criaient au scandale et ça a donné lieu à un bon moment d'échanges à propos de qui ils attaquaient ... en s'adressant à qui ... en disant quoi ... et comment!

Écrit par : FC | 03/02/2006

Cher FC, Ce qui est surtout étonnant, c'est que ce qui aurait dû se régler dans un tribunal, calmement, se transforme en affaire internationale... Sinon, de manière plus modeste (mais je ne suis pas un diplomate, c'est là mon moindre défaut ;)) J'ai eu aussi une discussion passionnée avec mes élèves, où j'ai rappelé que la liberté de la presse était une valeur fondamentale, comme la liberté d'opinion en démocratie, et qu'il était possible de protester contre ce qui nous déplaît (ce qui, jusqu'à preuve du contraire, reste autorisé) tout en restant dans un cadre démocratique... J'ai aussi précisé qu'il me semblait beaucoup plus insultant pour une religion que des criminels s'en revendiquent pour couvrir leurs lâches (et c'est un pléonasme) attentats... Et il me semble que cela ne s'est pas trop mal passé, malgré tout ;)))

A bientôt ;)

Écrit par : Ubu | 03/02/2006

Bah... En octobre dernier, les feuilles du journal en question étaient juste destinées pour emballer une salade ou un poisson sur un marché de la Baltique et terminer dans une fosse s(c)eptique. Mais d'aucuns ont cru bon les exporter... Quatre mois plus tard (à l'heure des autoroutes de l'information c'est plutôt lent), pauvre Hamlet, il en aura des crânes à questionner !

Écrit par : Votre Cousin | 04/02/2006

Mon cousin, Vous avez raison : cette gazette aurait simplement dû publier la nécrologie de Rosencrantz et Guilderstern ;)
Amitiés

Écrit par : Ubu | 05/02/2006

C'est meilleur quand on vise les calotins Ça, il y a pas à dire.

http://www.courcelle-bruno.nom.fr/Caricatures3.html

http://www.fan-de-cinema.com/imgcache/mini/drame/amen.jpg

Écrit par : Cucu | 06/02/2006

Les commentaires sont fermés.