30/04/2006

Un parfum de Scanie

 

Un parfum de déliquescence dans un paysage de calme et de sérénité, comme si une vierge froide se décomposait dans son sarcophage de fer, comme si Nuremberg s'immergeait dans la Suède contemporaine.

 

Le roman policier suédois est étonnant. De l'extrême brutalité des romans de Maj Sjöwall et Per Wahlöö, parfois prémonitoires (Les terroristes met ainsi en scène un assassinat politique qui annonce celui d'Olof Palme) à la poursuite désenchantée des enquêtes de Wallander, sous la plume de Henning Mankell, la démocratie sociale y est disséquée sans être autopsiée.

 

La peur, l'insécurité, la violence gratuite sombrent dans la banalité de nos démocraties mais n'y deviennent pas pour autant un système de régime. Et un dysfonctionnement, s'il est une dérive claire d'un système, ne devient pas son principe fondateur. Malgré les miroirs aux alouettes des dictatures, qui font croire en des illusions simplistes qu'elles ne maîtrisent que peu, malgré les discours réducteurs et démagogiques qui prônent des solutions faute d'avoir compris les problèmes, c'est comme si la littérature policière suédoise nous lançait sur les traces de personnages quotidiens, contrastés et contradictoires, qui osent poursuivre leur action désabusée.

 

Parce que le pessimiste n'a plus d'illusion à défendre et qu'il rêve encore d'ailleurs possibles, en prenant garde de trop y croire.

 

Malgré tout.

14:11 Écrit par Ubu | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Cette analyse est extraordinaire de concision... et mériterait des heures de discussion si nous voulions en analyser toutes les parties...
J'aime beaucoup la conclusion : ne pas se faire d'illusions, mais ne pas verser dans d'autres abus...
Maintenir ses idéaux au-delà de l'évidence de la violence...
J'espère que tu vas bien, Ubu... et je te souhaite plein de bonnes choses au sortir de ce long week-end...
Bizzz... j'en use et j'en abuse... LOL !!!

Écrit par : Béa | 01/05/2006

Chère Béa, Merci d'être passée sur ce post : tu as vu que l'endroit était désert, comme la Scanie ;)))
Merci pour les abus :)))
A bientôt

Écrit par : Ubu | 09/05/2006

A propos des polars suédois La Scanie n'est pas si déserte que ça (cf. Malmö, Lund et cie), surtout comparée à la Laponie...

Sinon, dans la liste des polars suédois, manquent les ouvrages de l'excellent Leif GW Persson (mais peut-être ne sont-ils pas traduits en français), professeur de criminologie à l'école de police (ça ne s'invente pas...) et grand contempteur de la police qu'il contribue à former - ses ouvrages ne sont pas moins désabusés que ceux de Mankell ou de Sjöwall et Wahlöö...

Concernant ces derniers, je dois conseiller la filmatisation de "L'abominable homme de Säffle" par le regretté Bo Widerberg, deux fois primé à Cannes mais pas pour ce film (qui s'appelle "Mannen på taket" - "L'homme sur le toit" en suédois), et qui a également réalisé la version cinématographique d'un roman policier de Leif GW Persson, "Mannen från Mallorca" ("L'homme de Mallorque").

Écrit par : Karim | 11/05/2006

Les commentaires sont fermés.